:

 

img625

 Affiche publicitaire en 1991.

(Photo DD 8584  n° Img 625) 

 

Il y a 20 ans... Alors qu'il termine le tournage d'IP5 de Jean-Jacques Beineix (film dans lequel son personnage décède d'un arrêt cardiaque) l'acteur Yves Montand est victime d'un infarctus du myocarde le 8 Novembre 1991, et s'éteint le 9 Novembre  dans une clinique de la région parisienne.

Son corps repose désormais au Cimetière du Père Lachaise auprès de Simone Signoret.

 

Trois mois auparavant, le comédien avait été contacté pour venir à Halluin... En voici l'explication :

 

Le Bonjour du « Papet »...

aux Halluinois !

 

Qui ne risque rien n’a rien. C’est ce que s’est dit l’Halluinois Daniel Delafosse qui avait adressé, pour la soirée inaugurale du cinéma « Le Familia » d’Halluin, le 28 septembre 1991 (nouvelles installations : écran géant, son Dolby Stéréo…) une invitation à Yves Montand, en sa qualité de représentant de l’ensemble des acteurs français.

 

img632

Cinéma "Le Familia"  Halluin, septembre 1991 :

 Nouvel Ecran et Nouveau Son.

(Photo DD 8632  n° Img 632)

 

img626

  28 Septembre 1991 - soirée inaugurale des nouvelles installations

du cinéma "Le Familia" rue Jacquard Halluin.

Au 1er rang, de gauche à droite : Jeanine Gheysen (Adjointe à la Culture),

Alain Desreveaux (Président de l'OCH), Philippe Lecoq (Gestionnaire de l'OCH)

et Daniel Delafosse (programmateur de l'OCH) qui lit le mot d'Yves Montand.

au second rang de gauche à droite : Les autres membres de l'Office du Cinéma Halluinois :

 Marc Deheuninck, Fadela Mehal, Philippe Dassonville,

Christophe Verkindère, Stéphane Hottebart, Dominique Devos, Peggy Kesteloot,

 Bertrand Scalabre, Isabelle Vanmeerhaeghe, Serge Blieck et Thierry Devos.

(Photo DD 8585  n° Img 626)

  

Hélas ! Retenu par le tournage du prochain film de Jean-Jacques Beineix, le « Papet » a néanmoins adressé aux Halluinois ses remerciements, et présenté des excuses pour son absence involontaire.

 

L’ovation.

 

Yves Montand s’associe également « de tout cœur à l’effort de modernisation et de développement réalisé par l’O.C.H. et souhaite pleine réussite au nouveau départ du Familia ».

 

Daniel Delafosse fit part au public de ce message de l’acteur français, lui demandant pour l’occasion « une formidable ovation ». Et ce passionné de cinéma  a soigneusement archivé la photo personnelle dédicacée qui accompagnait le mot d’Yves Montand.

 

Il faut d’ailleurs croire que l’acteur a été sensible à cette invitation originale, puisque deux jours après l’inauguration, son attachée de presse téléphonait à Daniel Delafosse pour s’enquérir du bon déroulement de la soirée inaugurale ! Chic, non ?

  

« Au revoir Montand ! » ou l'hommage

publié par la presse locale...

  

Ce week-end, le cinéma « Le Familia » d’Halluin a perdu son parrain en la personne d’Yves Montand.

 

En effet, le 28 septembre 1991, à l’occasion de l’inauguration des nouvelles installations du cinéma, Yves Montand avait accepté de soutenir l’effort de modernisation et de développement réalisé par l’Office du Cinéma Halluinois.Etant pris par le tournage du film de Jean-Jacques Beineix, Yves Montand n’avait pu assister à l’inauguration des nouvelles installations, mais souhaitait pleine réussite au nouveau départ du Familia.

 

Daniel Delafosse qui l’avait contacté personnellement, a tenu à adresser à la famille de l’acteur ses très sincères condoléances et nous a fait part de son émotion et de sa tristesse après cette disparition brutale.

 

« C’est un géant de la chanson, du cinéma et de la défense des droits humanitaires qui s’en est allé, un homme qui a véritablement marqué son époque.

 

Le meilleur hommage que les Halluinois puissent rendre à Yves Montand, c’est de soutenir, comme lui, le cinéma « Le Familia » par leur présence, afin que cet art qu’il défendait si bien puisse vivre le plus longtemps possible dans la salle halluinoise.

 

Montand nous a quittés en associant ses deux passions : d’abord le cinéma, car il venait de terminer le film de Beineix, puis la chanson en ayant la suprême élégance de partir à la période des « Feuilles mortes » l’une de ses plus belles chansons. Encore merci, chapeau et au revoir Montand ! ».

 

Réponse de Madame Carole Amiel...

(Compagne de Yves Montand).

 

"Merci Monsieur Delafosse pour la lettre si chaleureuse et si réconfortante que vous avez eu la gentillesse de m'adresser accompagnée de l'article que vous avez écrit pour "Nord Eclair", et qui m'ont profondément touchée"... 

 

Cela s’est passé la veille du décès d’Yves Montand…

 

« Depuis huit ans,   sur la porte de ma cuisine était fixée  l’affiche (format pantalon) du film « Garçon » de Claude Sautet, représentant Yves Montand en serveur de restaurant…

 

Cette affiche je l’ai enlevée le vendredi 8 novembre 1991, en soirée, (première coïncidence complètement fortuite.. le film « Garçon »  était sorti officiellement le 8 novembre 1983).

 

Et plus exactement, quelques minutes seulement, après avoir regardé un film à la télé qui se terminait à 22 h 45 ! (deuxième coïncidence troublante)...C’est à ce moment précis, où je me souviens avoir eu la réflexion suivante : « Pourquoi enlèves-tu cette affiche, j’ai l’impression qu’il est mort ! ».

 

Le lendemain, le samedi 9 novembre 1991, à la stupeur générale, Yves Montand décédait, et les médias nous annonçaient qu’il avait eu son premier malaise cardiaque le vendredi 8 novembre à 22 h 50 !.

 

C’est ce qu’on appelle une véritable prémonition... qui m’a encore davantage sensibilisée à l’annonce du décès de l’acteur.

 

Aussi, ce même vendredi 8 novembre, veille de son décès et alors qu’il tournait l’une des dernières scènes du film « IP 5 » de Jean-Jacques Beinex, j’avais posté un courrier destiné à Yves Montand, qui n’aura effectivement jamais connu de réponse de sa part ! ».

 

6/11/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse