:

 

img170

Henri Dequeker (assis) Résistant Déporté,

 fait Chevalier de la Légion d'Honneur,

en Mairie d'Halluin, le 5 Mars 1978.

(Photo DD 12165  n° Img 170)

 

Dimanche 5 Mars 1978 au cours d'une réception qui a eu lieu à la Mairie d'Halluin en présence de nombreuses personnalités, M. Henri Dequeker, ancien résistant, a reçu la croix de Chevalier de la Légion d'Honneur.

 

M. Henri Leveugle, adjoint au maire, présida la cérémonie entouré de membres du conseil municipal et de MM. Houssin et Bockstaels, conseillers généraux. M. Dequeker étant un ancien fonctionnaire des douanes, de nombreux représentants de cette administration assistèrent à cette réception. Parmi eux, M. Pezard directeur adjoint des douanes, Lesaffre chef de la subdivision d'Halluin-Reckem, Bavencoffe inspecteur central, Tordo inspecteur divisionnaire accompagné d'une délégation des brigades, Pierre Létuvé commandant honoraire des douanes...

 

A eux s'étaient joints le brigadier-chef Legrand représentant M. Rychener chef de la circonscription de police ainsi que MM Alfred Simono président d'honneur, Velghe président et Vanspeybrouck président honoraire de l'A.R.A.C. entourés d'une importante délégation de ce groupement.

 

M. Henri Leveugle exprima sa satisfaction de recevoir en la personne de M. Dequeker, un homme unanimement estimé pour ses qualités humaines et civiques. Après avoir chaleureusement félicité le récipiendaire et il lui offrit le cadeau de la mairie, accompagnant celui-ci de voeux de santé.

 

Au nom de l'A.R.A.C., M. Alfred Simono souligna l'importance de l'événement faisant remarquer que le nombre de légionnaire à Halluin se limitait à trois. Après avoir remercié la municipalité de son accueil, le président retraça la carrière de M. Dequeker insistant particulièrement sur les événements qui ont marqué on existence, et son action dans la résistance. Il déclara notamment :

 

"C'est à Halluin que ses activités dans la Résistance le firent arrêter par la Gestapo le 4 Janvier 1941. Ce fut le long calvaire où les brutalités succèdent aux interrogatoires et aux brimades. Interné au camp de Flusbach, ce sont les sévices et les travaux pénibles dans des conditions inhumaines. Par sa résistance physique, par sa volonté, il sut ne pas parler.

 

Gravement malade, il fut rapatrié, mais dans quel état de délabrement ! Invalide de guerre 1939-1945, au taux de 100 % à titre de déporté-résistant, Henri Dequeker est déjà titulaire de nombreuses décorations : Médaille Militaire, Croix de Guerre avec palmes, portant la citation suivante : "Déporté en Allemagne pour son action dans la Résistance contre l'ennemi au cours de la période d'occupation, en est revenu grand invalide à la suite des privations et sévices subis dans les camps de concentration. A bien servi la cause de la Libération".

 

A cela s'ajoute bien d'autres distinctions avec, aujourd'hui, la plus belle de toutes". M. Simono conclut : "Cette haute distinction, mon cher Henri, est un honneur qui rejaillit sur ta famille, sur les camarades de notre section et sur les membres du personnel des douanes venus nombreux manifester leur sympathie".

 

img927

Médaille de la Légion d'Honneur.

(Photo DD 12021  n° Img 927)

 

M. Caudron membre du Conseil National de l'A.R.A.C., secrétaire technique fédéral de cette association, remit alors la croix de la Légion d'Honneur à M. Henri Dequeker sous les applaudissements du public.

 

Après avoir reçu de nombreux cadeaux et gerbes de fleurs, le nouveau légionnaire fut félicité par les personnalités et ses amis.

 

28/4/2012.

Commentaire : Daniel Delafosse