:

J O C

05408

Vacances JOC en Ardennes avec Marcel Lecluyse, 

Daniel Debévère, et Jean-Marie Gevaert (à droite).    

 (photo n° 5408)

 

Jean-Marie Gevaert ou 57 années

au service de l'Athlétisme Halluin Vallée de la Lys. 

 

Lors des championnats d’Europe 2010, qui se terminent ce 1er Août, l’exceptionnel résultat d’ensemble réussi par l’équipe de France d’athlétisme, où ce n’est « Que du Bon Or ! », me donne l’occasion de revenir sur le parcours d’un grand serviteur du club Athlétisme Halluin Vallée de la Lys, celui qui est tombé « dans la marmite » comme Astérix, à l’adolescence : Jean-Marie Gevaert.

 

En effet, à l’heure où de nombreuses associations sportives ou autres, peinent à trouver des bénévoles, Jean-Marie Gevaert est un exemple, car en cette année 2010, il totalise 57 années de présence au sein du club local.  

Il reste notamment la cheville ouvrière de l’important meeting international d’athlétisme qui se déroule, depuis plusieurs années, au cours du mois de juillet, sur les magnifiques installations du stade Hildevert Wancquet d'Halluin. 

En 2003, pour ses 50 ans de service et à l’âge de 63 ans, il devait montrer l’exemple en s’alignant au départ du 2000 mètres. A cette occasion, ses amis de l’AHVL avaient tenu à le remercier en lui offrant un cadeau personnel.

 

Rappelons qu’à l’âge de 19 ans, il a remporté le championnat de France Junior du 3 000 m.

A la même époque, et bien avant qu’existe la MJC, il créait au Sacré-Cœur un club qui rassemblait une centaine de jeunes. Entraîneur d’athlétisme de niveau national et formateur passionné, il encadre bénévolement des jeunes depuis 57 ans. …

 

En 2001, le journal paroissial avait rencontré Jean-Marie Gevaert cette figure de la vie associative halluinoise ;  voilà ce qu’il répondait  aux questions de « La Vie chez nous » :

 

Pourriez-vous retracer votre itinéraire ?

 

« Je suis un autodidacte. A 15 ans, je suis allé travailler chez Sion, comme employé : à l’époque il y avait 1 300 ouvriers !

 Puis 27 mois d’armée : le bataillon de Joinville, l’Algérie. A mon retour on m’a fait travailler dans un atelier de retorderie utilisant le système des équipes de matin et d’après-midi : fort gênant pour ceux qui souhaitent s’impliquer dans la vie associative !

 

C’est à cette époque que je me suis marié. Puis j’ai travaillé un an comme chevilleur. Ensuite je suis entré chez Décofrance ; je m’y occupais des salaires, du personnel, de formation continue. Je suivais tous les stages possibles pour me former au droit du travail. En 1991, l’entreprise a été mise en liquidation judiciaire. Je me suis retrouvé au chômage…

 Après avoir rédigé un mémoire sur le moyen de développer les emplois familiaux, j’ai passé un concours me permettant, après vingt-trois mois de formation, de devenir directeur de centre social. J’ai été embauché comme chargé de mission d’insertion à Lille Sud, puis à La Bourgogne de juin 1996 jusqu’au mois de mars 2000, où j’ai pris ma retraite.

 

A la section d’athlétisme, vous avez choisi d’entraîner les 10- 16 ans. Quelles qualités humaines souhaitez-vous développer chez eux ?

 

Leur montrer qu’ils ont des qualités qu’ils ignorent, et qu’ils sont capables de faire ce qu’au début ils croyaient impossible. Le mardi et le jeudi soir, avec l’équipe, je trouve une soixantaine d’enfants et d’adolescents. Mais l’entraînement est adapté à chacun.

Nous prenons beaucoup de temps pour discuter, nous mettons les parents dans le coup… Les jeunes manquent si souvent de confiance en eux ! Mais quand ils ont réussi à faire quelque chose, c’est différent…

 

Et à vous qu’est-ce que le sport vous apporte ?

 

D’abord, c’est un exutoire, un loisir pur ; j’ai envie d’être dehors, de garder la forme. Et puis c’est un plaisir de retrouver les amis : il existe une ambiance tellement sympathique dans les associations sportives… Et enfin le travail en groupe me rappelle sans cesse que personne n’est indispensable, et que ce qui compte, c’est de faire équipe !

Les jeunes nous donnent l’envie de continuer, c’est un contrat réciproque qui nous oblige à être présent. La famille aussi est essentielle pour les jeunes mais aussi pour les animateurs, sans une compréhension réelle, il ne serait pas facile de s’investir autant.

Et puis le sport est un état d’esprit, sans ça, je ne crois pas que j’aurais réussi ma réinsertion. Les échecs doivent être une préparation à la réussite ! ».

 

31/7/2010.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

0543005404054090540605414

1 ère photo (no 5430) Devant le café 'le Chacha' rue de Lille : Daniel Debévère, Marcel Lecluyse, Bertrand Bartier, Claude Lallemand, JP Voet, Claude Onraedt, Jean Deroore, Dany verfaillie,, Joe Gheyse, Bernard Gadenne, Michel Demeulemeestere;

2 ème photo ( no 5404) En Isères: J P Voet, Daniel Debévère,Bertrand Bartier, Marcel Lecluyse;

3 ème photo ( no 5409 ) JP Voet, Claude Lallemand, Daniel debévère, Marcel Lecluyse;

4 ème photo ( no 5406) Marcel Lecluyse, Daniel Debévère, Bertrand Bartier, Dany Verfaillie, Georges Gheysen, Michel Demeulemeestere, JP Voet;

5 ème photo ( no 5414) En voiture : Jean deroore, Daniel Debévère, Marcel Lecluyse,Michel Demeulemeestere, Claude Onraedt, Bernard Gadenne, Dany Verfaillie, JP Voet, Claude Lallemand, Joe Gheysen. 

03370

Adolescentes en excursion avec la JOCF en 1959 (photo no 3370)

03419

Camp d'adolescentes avec la JOCF; Fête du 15-08-1959

                ( photo no 3419 )

03203

Ballet de la JOC en soirée de propagande  (photo no 3203)