:

 

 (Pour un agrandissement, cliquez sur le titre principal ci-dessus).

Eglise Saint-Hilaire Halluin - 2006.

(Photo Mairie DD 18529  n° Img 235)

 

 

Yves Billaut Curé-Doyen d'Halluin -  2003.

(Photo x DD 18437  n° Img 205) 

 

Yves Billaut Curé-Doyen d'Halluin

de 2002 à 2013.

 

Après 50 ans de Prêtrise, dont 11 années sous nos trois clochers d’Halluin, notre Curé-Doyen, Yves Billaut, prend une retraite bien méritée depuis Juillet 2013.

Pour remercier Yves Billaut et accueillir son successeur Jean-Marie Atmare, le nouveau curé d'Halluin; une messe sera célébrée à 11 h ce Dimanche 15 Septembre 2013, en l'église Saint-Hilaire (centre) Halluin. 

Apré la célébration un apéritif, offert par la paroisse, se déroulera au fond de l'église, puis un repas (réservations) sous forme d'auberge espagnole, à la salle Alexandre Faidherbe, rue Marthe Nollet.

 

Journal  Paroissial "La vie chez nous"

Publication - Septembre 2013.

 

 

 (Photo x DD 18528  n° Img 194)

 

Lors de son arrivée en 2002...

 

Journal Paroissial "La vie chez nous"

Publication - Novembre 2002.

 

 

(Photo x DD 18435  n° Img 202)

 

Journal Paroissial "La vie chez nous" 

 Publication - Décembre 2002.

 

(Photo x DD 18436  n° Img 204)

 

Eglise Saint-Hilaire et Presbytère Halluin - 2006.

(Photo Mairie DD 18530  n° Img 236) 

 

Dernier entretien avec la Presse locale....

"Nord Eclair" - Dimanche 15 Septembre 2013. 

 

Les paroles sont posées, le regard pétillant. Tout en pudeur, le Père Yves Billaut se confie. Pas un mot plus haut que l’autre, et de jolis souvenirs à la pelle. Dimanche, à 11 h, à l’occasion de sa dernière messe en l’église Saint-Hilaire d’Halluin, l’émotion devrait l’étreindre. « Les moments difficiles sont ceux où je quitte mon poste après des années. Je laisse à chaque fois une partie de mon cœur là où j’étais.» À 76 ans, même s’il semble en faire bien moins, l’heure de l’au-revoir aux paroissiens de Notre-Dame de la Lys a sonné. Le voilà prêtre aîné, comme on dit dans le jargon de l’Église.

 

Après l’homélie, il passera le relais à son successeur le Père Jean-Marie Atmeare, qui vient de Wormhout dans les Flandres. Comme une passation de pouvoir. Le 21 juillet dernier, Yves Billaut a déjà mis le cap sur Lambersart, dans une petite maison qui fait face à l’église Saint-Calixe. Le matin de notre rencontre, il avait célébré la messe dans le coin, à Sainte-Thérèse. Toujours prêt à donner un coup de main, « au coup par coup. Je ne prends plus de responsabilités. Pour l’instant, je découvre mon environnement.» Pour occuper sa retraite, il envisage de s’impliquer dans la vie associative, « pourquoi pas auprès des personnes âgées.»

 

Un papa cordonnier, une maman qui élève ses huit enfants, sept garçons, une fille… Yves Billaut est né le 23 octobre 1937, à Wavrin. Dès l’âge de 11 ans, il entre au petit séminaire d’Haubourdin. La vocation, il l’a eue très tôt, admiratif qu’il était d’un vicaire de sa paroisse. « Ce qui m’a pesé le plus, c’est de perdre tous mes copains de l’école primaire», raconte-t-il. Suivra le grand séminaire, à Merville. Son service militaire, il le fait en Algérie, pendant la guerre. Ce qui met fin à une période de doutes. Un jour il doit remplacer au pied levé l’aumônier militaire. « Partager les difficultés avec les autres a redonné un sens à mon sacerdoce.» C’est décidé, il consacrera sa vie à l’Église.

 

En 1963, il est ordonné prêtre à la cathédrale de Lille. Une autre époque, compare-t-il. Déjà, c’est la dernière ordination en latin. Et puis, cette année-là, « 19 prêtres ont été ordonnés contre seulement 3 en 2013, et encore d’habitude c’est 1 ou 2.» La crise des vocations est passée par là. Retour dans les années 60. Son premier poste, il le trouve à Roubaix, vicaire à la paroisse Saint-Jean-Baptiste. En 1981, Yves Billaut est aumônier de l’action catholique des enfants (ACE), en résidence à Tourcoing, puis quelques années plus tard, curé de la paroisse Saint-Thomas, toujours à Tourcoing. « À la Bourgogne, dans la ZUP. Beaucoup me plaignaient d’aller là-bas. Mais j’y ai été très heureux. J’ai fait de belles rencontres avec des gens très simples, j’ai rarement vu de tels liens avec la population, avec les familles musulmanes aussi.»

 

Dix ans plus tard, l’évêché le nomme vicaire épiscopal de la zone pastorale de Seclin. Une mission qu’il mène aux côtés de Mgr Vilnet, puis de Mgr Defois. Il côtoie alors tous les maires du secteur. « Quelle que soit leur tendance, ce sont des gens qui vivent leurs responsabilités comme un sacerdoce.» C’est en 2002 qu’il arrive à Halluin, à la paroisse Notre-Dame de la Lys, dont dépendent trois clochers (Saint-Hilaire, Notre-Dame des Fièvres, Saint-Alphonse) et avec la mission de créer la nouvelle paroisse de Bousbecque/Linselles (Notre-Dame du Partage). « J’avais laissé entendre que pour mon dernier poste, je souhaitais revenir à la base. L’équipe d’animation paroissiale m’a bien accompagné pour découvrir le territoire. Et puis, Halluin est une terre encore très chrétienne.»

 

Ce qui va lui manquer le plus ? « Le réseau humain dans lequel j’étais. » On lui laisse le mot de la fin : « Confiance.» Et après un silence. « Ici aussi, il y a des gens à aimer.»  

 

13/9/2013 et 15/9/2013

Commentaire : Daniel Delafosse