:

00289

Cyclisme : Prix de la Ducasse d'Halluin... (Années 1960),

 Départ face aux Manèges installés Place de Gaulle.

 On reconnait R.Verfaillie, le 4ème à partir de la gauche au 1er rang.

(photo n° 289)

 

Noces d’Or pour les « Petits Canards »

de la Ducasse d’Halluin... en 1996 ! 

 

Dans le temps, on savait construire du solide ! Pour preuve, ce pilier de la ducasse d’Halluin, « Les Petits Canards », vient égayer les petits Halluinois, en 2011 et chaque année… depuis soixante-cinq ans !

 

Son histoire est loin d’être terminée. En 1996 : Christine et Brigitte Goossens viennent de prendre la relève de leur père, et n’ont pas l’intention de s’arrêter. Elles racontent leur histoire...

 

Ces petits canards à l’œil jovial que tous les Halluinois ont l’habitude de retrouver chaque année à la ducasse n’ont pas une ride. Pourtant, ils viennent s’installer dans la ville depuis cinquante ans ! Une très belle histoire pour les familles halluinoises qui n’ont sûrement pas vu le temps passer, et pour les Goossens qui exploitent ce manège de père en filles.

 

Pour ce qui, finalement, est une vraie fête de famille, la célébration sera à la hauteur de cette étonnante fidélité : fanfare, majorettes, géants d’Halluin et… lancer de petits canards en peluche du balcon de l’Hôtel de Ville.

 

En ce premier samedi de juin 1996, sera lancé la fameuse et traditionnelle ducasse d’Halluin : Les étrangers qui ne manqueront pas de passer dans la ville risquent fort d’assister à des scènes très étranges… Il est en effet tout à fait probable qu’ils puissent observer une forte animation autour du « sporting duck » que tous les Halluinois connaissent comme étant le manège des « petits canards ».

 

La cause en est simple : le manège fête, en cette année 1996, sa cinquantième venue annuelle sur la place.  On y vient donc depuis au moins trois génération, et bon nombre de sexagénaires ont vraisemblablement posé (mais pas usé, n’exagérons pas) leurs culottes courtes sur les petits bancs de bois. Vont-ils fêter cet anniversaire en y retournant, sous les yeux exorbités de leur petite famille ? Voilà qui ne manquerait pas de piquant, d’autant que pour l’occasion, la fanfare des Cavaliers halluinois et les trois géants de la cité seront également là.

 

Les exploitantes de ce « morceau de l’histoire halluinoise » ont décidé, de surcroît, de procéder à un lancement de petits canards en peluche du haut du balcon de l’Hôtel de Ville. Normalement, ces joujoux sont destinés aux enfants, mais gageons que les trois ou quatre générations qui ont également profité de cette attraction auront envie de retrouver leur âme de dix ans en se précipitant eux aussi dans la mêlée.

 

Une longue histoire de fête.

 

Christine et Brigitte Goossens ont pris la suite de leur père il y a deux ans. Et elles n’ont pas l’intention d’interrompre cette belle histoire. Car chez les Goossens, la tradition, c’est  sacré.

 

On y est forain depuis au moins quatre générations ! Une cousine qui tente actuellement de construire un arbre généalogique n’a pas encore pu monter au-delà, puisque chaque enfant est né, au grè du hasard, un peu partout en Europe.

 

« Mais nous pensons que la famille est dans le métier depuis plus longtemps que ça ». Allemagne, Hollande, Belgique, France… « J’ai une tante qui est née à Amiens, pendant une foire, explique Christine, Une autre qui est née à Arras, un oncle à Liège, et mon père quant à lui à Tourcoing. C’est du reste étrangement là qu’il est décédé, il y a deux ans ».

 

La boucle était bouclée. Toute une dédiée à la route, à la fête, avec un autre hasard qui semble être un signe du destin : « Il ressemblait à Achille Zavatta, se souvient Christine. Même voix et même visage ! Du reste, il lui est arrivé de se déguiser en clown pour amuser les enfants. Le plus étonnant de l’histoire, c’est que Zavatta et lui sont décédés à quatre jours d’intervalle ».

 

C’est aussi pour rendre hommage au travail de toute sa vie qu’elles ont décidé de reprendre le flambeau. Christine avec les « Petits Canards », et Brigitte avec un stand de  croustillons, gaufres et crêtes, comme ses grands-parents et arrière grands-parents. Le manège n’a pas beaucoup changé depuis ses premières années de voyage.

 

Après leur père, Christine et Brigitte en prennent soin quotidiennement, veillant jalousement à sa mécanique (eh oui !) et à son esthétique. Le moteur en est le plus vieil élément puisqu’il date de 1932 !

 

Le manège n’a pas beaucoup changé depuis, sauf que les bateaux d’origine ont été remplacés par des canards, que les éclairages sont plus importants, que la sono a pris de la puissance et qu’il existe désormais une toile pour se protéger de la pluie. Ce qui n’est pas forcément du luxe dans notre région.

 

De même, l’emplacement que les « Petits Canards » occupent à Halluin est presque intangible, à quelques mètres près. Du milieu de la rue Marthe Nollet, il a juste glissé en face de la mairie, depuis que celle-ci n’est plus la propriété de la famille Sion. La famille du célèbre manège allait prendre le café chez les industriels et elle a encore en mémoire la gentillesse de leur accueil.

 

 Le nom de la place, devenue Espace François Mitterrand, voici quelques semaines, a lui changé. Pas celui des Petits Canards, ça non…

 

Avec l’installation de la « maison commune », les relations ne se sont pas détériorées. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard sil les barrières installées sur l’espace Mitterrand sont amovibles et que les cabines téléphoniques ont également été déplacées.. Elles permettent notamment au manège de retrouver chaque année son emplacement attitré.

 

Il a plu des canards !

 

Ce samedi 1er juin 1996 à Halluin, il faisait un vrai temps de canard. Du moins au sens propre, car au sens figuré, le soleil brillait plutôt haut dans le ciel, et l’été pointait le bout de son nez. Mais du haut de l’Hôtel de Ville, c’est une pluie de petits canards en plastique qui est tombée sur une foule de badauds.

 

C’est la manière qu’avait trouvé le manège des petits canards, pilier de la ducasse d’Halluin, pour célébrer son cinquantième anniversaire. Christine et Brigitte Goossens qui viennent de prendre la succession de leur père, avaient mis le paquet (de canards) pour réussir la fête. Un moment historique pour les deux patronnes qui, avec la complicité du maire et de bien d’autres élus soucieux de ne pas manquer cela, ont lancé quelque trois cents petits et gros canards des fenêtres de la mairie.

 

Et personne ne s’est volé dans les plumes ! Dans une moindre proportion, l’espace François Mitterrand ressemblait à la grand place de Comines un jour de jetée des Louches, ou à Dunkerque, pour le hareng… Comme prévu, les géants Alphonsine, Hilaire et P’tit Baptiste, les Cavaliers halluinois, le comité des Allumoirs étaient de la fête, ce samedi à 18 h 30 précises.

 

Lors de la réception de Christine et Brigitte, en mairie ce samedi matin, l’un des invités a lâché un Barbarie dans le salon d’honneur… Un vilain petit canard qui, sans aucun regard sur le livre d’or, n’en a néanmoins pas oublié de signer son passage !

 

A l’occasion de cette petite cérémonie, M. Francis Poulain, adjoint aux fêtes, n’a pas oublié un autre fidèle, M. Duhem qui a répondu soixante et onze fois présent à la ducasse d’Halluin : « Et je continuerai tant que j’ai mon permis poids lourds », a dit celui-ci.

 

En 1989... Petit retour en arrière.

 

En septembre 1989, c’est la première fois, faisait remarquer ce forain qui totalise près de 45 années de présence dans les ducasses de la ville, qu’une municipalité d’Halluin accueillait cette corporation en mairie.

 

Lors de cette réception, le maire Alexandre Faidherbe s’exprima au nom de toute la municipalité et insista sur le sens de la fête et l’importance de ce premier contact.  Le maire souhaita à chacun une totale réussite malgré les circonstances économiques un peu défavorables.

 

Le régisseur des fêtes M. Malghem, prit la parole et remercia la ville pour cette rencontre avec les élus. Avant de clore cette réception par un vin d’honneur, Alexandre Faidherbe offrit aux quatre plus anciens, Mmes Bossaert, Dailly et MM Duriez et Goossens, une médaille de la ville en gage d’amitié.

 

En cette Ducasse d'Automme, du 24 au 28 Septembre 2011, le manège des "Petits Canards" est toujours présent, face à la Mairie d'Halluin, pour le plus grand bonheur des petits. 

 

25/9/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse