:

cinéma

 

img930

Devanture du cinéma "Le Régent"

(Photo 12024  n° Img 930)

(Utilisez la loupe, à droite, pour agrandir

ou déplacer la photo à votre convenance). 

 

Depuis ce mois de Mars 2012, Le cinéma municipal halluinois "Le Familia" est équipé en numérique et en technologie 3D. Les nouvelles installations seront  inaugurées officiellement lors de la soirée du samedi 14 Avril 2012, où sera projetée en "3 Dimensions" le dernier film de Martin Scorsese "Hugo Cabret".

 

p1040174

Avril 2012 : Salle de projection

 du cinéma "Le Familia" Halluin.

Au 1er plan, le nouvel équipement numérique.

(Photo DD 12090  n° p1040174)

p1040179

L'envers de la salle de projection,

du cinéma "Le Familia" Halluin - Avril 2012.

(Photo DD 12091  n° p1040179)

 

Ce passage à l'ère du  numérique est une nouvelle vie qui commence pour le cinéma local. C'est l'occasion également de se souvenir de la naissance du cinéma halluinois, et en particulier du cinéma "Le Régent".  

 

En 1989, Daniel Delafosse, passionné de cinéma, nous avait fait découvrir ou redécouvrir, dans la presse locale, ce passé de la "cinémathèque halluinoise".

 

Cinéma Halluinois... "Le Régent"

Historique de 1919 à 1970.

 

Le premier cinéma , installé à Halluin, était situé rue des Ecoles en 1919 (aujourd’hui, rue Gustave Desmettre). A cette date, une association d’amis, parmi lesquels MM. Leman et Decottignies créa « La Brasserie des Familles » ; cette salle pouvait accueillir trois cents personnes. Elle était encastrée entre deux cafés et une bourloire. Très vite, cette association céda l’affaire à MM Henri Naeye et Surmont, ce dernier laissant la place seule à M. Naeye en Juin 1924

 

« La Brasserie des Familles » était le nom officiel du cinéma, mais la sortie de cette salle donnait sur le café voisin « Chez Olivier », et rapidement l’habitude fut prise de dire : « Je vais chez Olivier ». Le café disparaîtra, mais le nom restera. 

 

img929

 Le café-ciné "chez Olivier".

(Photo 12023  n° Img 929)

 

Le cinéma muet attirait alors la grande foule. C’était une révolution, et le cinéma halluinois n’avait alors comme concurrent que celui de Menin-Baraques, appelé « Bucksom ». A cette époque, on se déplaçait fort peu, et il n’était pas question de craindre la concurrence des grandes villes. 

 

Le bruitage des films muets nécessitait l’emploi d’instruments divers. Ainsi, lors de la sortie du film « La grande parade » (le premier long métrage sur la grande guerre 14-18) divers artifices furent employés : des roues en fer imitaient le bruit des camions et des chariots, une grosse caisse celui des détonations du canon ; il y avait en plus, un orchestre composé d’un pianiste (Ernest Debock ou Nadia Vandewattyne)  et d’une violoniste (Mme Splete-Boussemaert). Pour les grands films, l’orchestre était renforcé d’un saxo (Ernest Lioen) et parfois d’une chanteuse, ce qui fut le cas lors du passage du film « Les bateliers de la Volga ».

 

img945

En 1925, dans "La Ruée vers l'or",

Charlie Chaplin est au sommet d'un art du comique.

(Photo DD 12089  n° Img 945)

 

Le second cinéma à voir le jour fut le "Familia " installé en 1928. Cette salle était spacieuse et permettait d’accueillir cinq cent soixante personnes. Les deux salles halluinoises avaient leur clientèle particulière et fidèle ; elles traversèrent sans trop de mal les crises durant les années 1930-31 et 1932, dues au lancement de la T.S.F.

 

C’est à ce moment-là que l’apparition du cinéma parlant assura une reprise en force. Le premier film parlant projeté à  « La Brasserie des familles », « Le chant du marin » fit salle comble ; c’était la période où il y avait six et sept séances par semaine, le mercredi étant le seul jour de fermeture. Les débuts du parlant sont cahotants pour M. Naeye, le propriétaire, et des effets comiques en découlaient parfois :

 

« A l’époque, les films étaient plus fragiles car inflammables, et prenaient souvent feu. Au collage, cela faisait souvent un petit bout de film en moins. Or, les premiers films parlants étaient accompagnés de disques 78 tours qui, eux, restaient intacts, figés dans la rapidité de leur matière. Cela donnait des effets de désynchronisation plutôt cocasses ».

 

p1040199

Affiche de "Le Quai des Brumes" en 1938.

(Photo DD 12060  n° p1040199)

 

Il y eut une nouvelle chute des affaires en 1936 et jusqu’à la guerre, au cours de laquelle les salles furent pleines à chaque séance, car il n’y avait pas d’autres distractions. Mais les contraintes deviennent plus réelles : le choix du film évidemment, et le nombre de films proposés. Jusqu’alors les spectateurs avaient droit à deux films par séance… ils n’en auront plus qu’un. Les actualités « propagandistes » sont imposées. C’était aussi le moment où le guetteur se trouvait à l’entrée de la salle pour alerter les jeunes en cas de l’arrivée des Allemands.

 

img936

 "Les Hauts de Hurlevent"  :

Oscar de la meilleure photographie,

en noir et blanc, en 1940.

(Photo DD 12030  n° Img 936)

 

img940

Vivien Leigh et Clark Gable, acteurs principaux du film

 "Autant en emporte le vent" réalisé en 1939,

et adapté du roman éponyme de Margaret Mitchell.

(Photo DD 12040  n° Img 940) 

p1040188

"Autant en emporte le vent" de Victor Fleming,

le film remporte 10 Oscars en 1940.

(Photo DD 12032  n° p1040188)

img941

Dans le rôle de Mamma "Autant en emporte le vent", Hattie McDaniel

 obtiendra l'oscar du Meilleur second rôle féminin, le 29/2/1940,

devenant la première actrice noire à obtenir cette récompense.

(Photo DD 12041  n° Img 941)

 

p1040196

"Les Enfants du Paradis",

de Marcel Carné, sorti en 1945,

considéré comme le plus grand film du cinéma français.

(Photo DD 12043  n° p1040196)

 

Après la guerre fut votée la loi d’aide au cinéma, qui permettait de ristourner jusqu’à 80 % des taxes, à condition que les propriétaires des salles embellissent leurs installations et améliorent leur système de sécurité. Les deux salles locales profitèrent pleinement de cet avantage. Dans les années cinquante, le cinémascope fait son apparition et oblige M. Naeye, de « Chez Olivier » à agrandir l’écran et la salle, dont la contenance fut portée à six cent cinquante places !  

 

02396

Projectionnistes du cinéma "Le Régent",  

 situé au n° 15 rue Gustave Desmettre : 

 Jérome Gryson, à gauche, et Noël Mahieu. 

 (Photo n° 2396) 

   

Profitant des transformations, M. Naeye a rebaptisé la salle, elle s’appellera désormais « Le Régent ». Toute la famille participe à l’exploitation. Un des fils est opérateur, l’autre place les spectateurs, la belle-fille vend les confiseries pendant l’entracte.

 

img928

Cinéma "Le Régent", rue Gustave Desmettre Halluin,

Transformations de la salle, dans les années 1950.

 (Photo 12022  n° Img 928)

img931

(Photo 12025  n° Img 931)

img932

(Photo 12026  n° Img 932) 

img968

Fauteuil du cinéma "Le Régent",

exposé au CCAD Halluin en Mars 2011.

(Photo DD 12088  n° Img 968) 

p1040201

  "La Grande Vadrouille" avec Bourvil - De Funès.

Le dernier grand succès du cinéma français,

 projeté en 1967 au "Régent".

(Photo DD 12042  n° p1040201)

 

La société Naeye cessera l’exploitation du « Régent » le 31 décembre 1967. Cette société ne cessera pas ses activités par manque de fréquentation, au contraire, mais la suppression de la loi d’aide aux petites exploitations, ayant été déviée vers les M.J.C. par la loi Malraux en 1959, ne permettait plus d’envisager de nouveaux investissements indispensables (hall d’entrée, fauteuils etc).

 

 « Le Régent » sera mis en location gérance au circuit « Casino »  de Roubaix, jusqu’au 31 décembre 1970, date à laquelle le premier et dernier cinéma local ferme définitivement ses portes ; il aura vécu cinquante-et-un ans ! Ce cinéma restera longtemps rideaux baissés, avant d’être transformé en entrepôt commercial. 

 

Dès 1973, l’administration municipale en place, lança le projet de l’aménagement de l’ancien cinéma « Familia », tombé en désuétude, en salle polyvalente, permettant d’accueillir les spectacles les plus variés : musique, danse, cinéma, théâtre, conférences etc.

 

A suivre… Historique des anciens cinémas "Jean Fiévet" (1950-1964) et "Familia" (1928-1966)…

 

12/4/2012.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

img934

Cinéma "Bucksom",

rue de Reckem Menin (Belgique).

(Photo 12028  n° Img 934)  

 

L'incendie du cinéma "Bucksom" en 1912...

 

1912, année de naufrage du Titanic, a été une année noire pour le cinéma à Menin (B). Le dimanche 22 décembre 1912, 700 personnes assistaient à la séance de 18 h au Bucksom, située alors au 4, rue de Reckem, l’actuelle rue Hoornwerk.

 

Bien que ce cinéma soit meninois, il était très fréquenté par les Halluinois. Tout à coup, le film brûla, une grande flamme apparut sur l’écran, un spectateur cria « au feu », ce qui créa dans l’obscurité due à un court-circuit une panique épouvantable. Des femmes et des enfants furent piétinés. On dénombra 14 morts dont 6 enfants. Il y avait 7 Halluinois parmi les victimes.

 

Les funérailles furent célébrées à Saint-Hilaire par le Doyen Emile Deram, le jeudi 26 décembre 1912. Une foule franco-belge immense y assista, les usines ont chômé ce jour-là.

 

12/4/2012.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

 

 

img874

Au 1er plan, Dominique Blanc sort du Café de l'Union,

où se déroule quelques plans du film "Faut-Il aimer Mathilde ?",

en septembre 1992.

(Photo DD 8911  n° Img 874)

 

Tournage à Halluin en 1992... 20 ans déjà !

 

En ce jour du 14 Mars, fête des Mathilde... l'occasion nous est donnée de se souvenir du tournage du film d'Edwin Baily "Faut-il aimer Mathilde ?", avec  dans le rôle principal l'actrice Dominique Blanc (César du meilleur second rôle féminin dans "Indochine" avec Catherine Deneuve)et dont certaines scènes furent tournées avec des figurants halluinois, notamment au café de l'Union chez M. Maurice Buttenaere, et au relais de l'Europe à Halluin-Est... C'était il y a 20 ans... en 1992 !

 

img876

Projecteurs installés devant

le café de l'Union Halluin.

septembre 1992.

(Photo DD 8913  n° Img 876)

(Utilisez la loupe, à droite, pour agrandir

et déplacer la photo à votre convenance).

 

Sur cette photo, au milieu de la chaussée, entre deux prises de vue du film "Faut-il aimer Mathilde ?", nous apercevons le second assistant du film, Serge de Closets... le fils de François de Closets, journaliste et producteur de télévision et de la comédienne Danièle Lebrun.

 

img875

Dominique Blanc est filmée sur le parking face au relais de l'Europe,

à Halluin-Est, en septembre 1992,

pour le film "Faut-il aimer Mathilde ?"

(Photo DD 8912  n° Img 875)

 

Décès de Serge de Closets... Avril 2014.

 

Ce 24 Avril 2014, nous apprenons  la disparition de M. Serge de Closets, âgé de 50 ans, des suites d'une longue maladie. 

 

Serge de Closets (chemises bleue) entre plusieurs prises de vue,

à l'intérieur du Café de l'Union à Halluin - Septembre 1992.

(Photo DD 20775  n° Img 477)

 

Le fils aîné de François de Closet et Danièle Lebrun avait passé plusieurs jours dans la Vallée de la Lys et notamment à Halluin, pour le tournage du film "Faut-il aimer Mathilde" (voir ci-dessus) en septembre 1992. Connaissant ma passion pour le cinéma, Serge de Closets m'avait fait un superbe cadeau en me permettant, pour la première fois, d'être figurant au cinéma, dans une scène de restaurant tournée à Armentières, en présence de la comédienne Dominique Blanc. 

 

Depuis, Serge de Closets avait suivi les traces de Marcel Bluwal réalisateur de télévision, devenu son beau-père. En 2013 Serge et sa mère Danièle Lebrun avaient travaillé ensemble sur "Les Vieux Calibres" un téléfilm de TF1 avec également Michel Aumont.Serge de Closets a été aussi premier assistant-réalisateur sur les oeuvres télévisées "Le Grand Georges" et "Jeanne Devère" et sur le long métrage "Le Rôle de sa vie" avec Karin Viard.

Ses obsèques se sont déroulées ce 17 Avril 2014 à Bez-et-Esparon dans le Gard.

Avec mes très sincères condoléances à sa famille. 

 

14/3/2012 et 24/4/2014

Commentaire et Photos : Daniel Delafosse

 

p1030967 

Cinéma "Le Familia" : Projection en  Mars 2012.

(Photo DD 8910  n° p 1030967)

 

Tous les films 35 mmm étant amenés à disparaître, En ce mois de Mars 2012, le cinéma halluinois "Le Familia" passe désormais à l'heure du numérique.

 

14/3/2012.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

 

img834

Michèle Morgan

reçoit un César d'Honneur

le 22 Février 1992.

(Photo DD 8867  n° Img 834)

 

Bon anniversaire  !

 

Il y a 20 ans, le 22 Février 1992, Madame Simone Roussel alias Michèle Morgan née le 29 Février 1920 à Neuilly-sur-Seine,  encore toute émue par l’hommage de Jean-Loup Dabadie, président de l’académie des arts et techniques du cinéma, qui lui a remis un César d’honneur pour sa prestigieuse carrière.

 

Pour ma part, ce fut la première grosse émotion de cette « sacrée soirée » que d’être en présence de l’une des plus grandes dames du cinéma français, l’inoubliable interprète de « La symphonie pastorale », « Les orgueilleux » ou « Quai des Brumes », celle qui possédait les plus beaux yeux et incarnait, à travers les générations, le charme et la beauté du cinéma français.

 

29/2/2012.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

 

img095

La salle du cinéma "Le Familia" Halluin,

 rénovée depuis Décembre 1999.

(Photo DD 8831  n° Img 95)

 

 img833

Créé en 1928, "Le Familia"  était situé à l'emplacement

 de l'actuelle M.J.C. d'Halluin. Cette photo date des années 1950.

(Photo 8840  n° Img 833)

 

Retour dans le Passé...

 du Cinéma Halluinois ! 

 

Imaginez-vous à la projection du film "The Artist"

 installé dans un fauteuil,

du cinéma "Familia" , il y a 60 ans...

Action ! 

    img817

l'ancienne salle du Familia cessera ses activités en 1966.

(Photo 8841  n° Img 817)

(utilisez la loupe, à droite de la photo, pour agrandir).

 

p1020037

Anciennes affiches et fauteuils,

des cinémas d'Halluin  (1945 - 1970).

(Photo DD 8865  n° p1020037)

 

02092

M. Julien Demeyer

Projectionniste,

au cinéma "Familia" Halluin.

 (Photo n° 2092))

  

img828 

Affiche : "The Artist".

(Photo 8825  n° Img 828)

 

Hollywood 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L'arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l'oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars. Ce film raconte l'histoire de leurs destins croisés, ou comment la célébrité, l'orgueil et l'argent peuvent être autant d'obstacles à leur histoire d'amour.

 

p1030818

Jean Dujardin et Berenice Bejo, dans "The Artist".

(Photo DD 8847  n° p1030818)  

 p1030931

Jean Dujardin et "l'Etoile" Canine du Fim

"The Artist", le chien Uggie. 

 (Photo DD 8864  n° p1030931)

p1030887

George Valentin devant le tableau

 représentant Fred Astaire.

(Photo DD 8857  n° p1030887)

p1030844

"The Artist".

(Photo DD 8859  n° p1030844)

p1030789

Jean Dujardin alias George Valentin : "The Artist".

(Photo DD 8828  n° p1030789)  

p1030834

Jean Dujardin dans "The Artist".

(Photo DD 8824  n° p1030834)

p1030837

Bérénice Bejo alias Peppy Miller dans "The Artist".

(Photo DD 8860  n° p1030837)  

 

Ils l'ont fait...

 

 F A... B U... L E U X   !

 

 5 Oscars

attribués au Cinéma Français. 

 

img829 

L'Oscar

(photo 8838  n° Img 829)

 

En 2012, du Festival de Cannes... à la remises des Oscars,

le film "The Artist" a réalisé une performance unique,

dans les Annales de l'Histoire du Cinéma Français.

 

p1030897

 Jean Dujardin Prix d'interprétation au Festival de Cannes 2012,

 pour son rôle de George Valentin dans "The Artist". 

(Photo DD 8862  n° p1030897)

 

p1030804

 Bérénice Bejo et le César 2012 de la Meilleure Actrice,

pour le film "The Artist"... qui totalise 6 récompenses.

(Photo DD 8861  n° p1030804)

 

p1030916

Jean Dujardin reçoit l'Oscar 2012

 du Meilleur Acteur, pour le film "The Artist".

(Photo DD 8863  n° p1030916)

 

Cela mérite bien un petit pas de danse,

 car si  l'on reste sans voix,

 tout se termine toujours en musique...

 au début du film :

p1030839

Jean Dujardin alias George Valentin, "The Artist".

(Photo DD 8858  n° p1030839) 

Comme à la...

p1030814

Jean Dujardin et Bérénice Bejo :

"The Artist".

(Photo DD 8837  n° p1030814)

p1030800

(Photo DD 8839  n° p1030800)

Bande annonce du film :  youtu.be/XvifS2QOun4  

 

 F I N  !

 

29/2/2012.

Commentaire : Daniel Delafosse 

 

Merci à Eux !

 

p1030829

Oscar du Meilleur film 2012 " The Artist".

(Photo DD 8838  n° p1030829)

 

p1030842

Jean Dujardin alias George Valentin, sur scène,

dans le film "The Artist". 

(Photo DD 8843  n° p1030842)

 

p1030848

Cérémonie des Oscars - 26 Février 2012.

(Photo DD 8855  n°  p1030848)  

 

H I S T O R I Q U E  !

 

Une Première...

pour un film non anglo-saxon  !

 

5

 

 OSCARS

   

"The Artist"

 

p1030754

Jean Dujardin Premier Français

à obtenir la consécration suprême :

l'Oscar du Meilleur Acteur !

 (Photo DD 8836  n° p1030754) 

 

Meilleur Film

 

p1030891

Thomas Langmann Producteur de "The Artist"

reçoit l'Oscar du Meilleur Film 2012.

(Photo DD 8844  n° p1030891) 

"C'est un bonheur immense..."

 

Meilleur Réalisateur

  

p1030854

Michel Hazanavicius

et l'Oscar du Meilleur Réalisateur 2012.

(Photo DD 8846  n°  p1030854)

"Je suis le réalisateur le plus heureux du monde..."

 

Meilleur Acteur

 

p1030824

Jean Dujardin dans "The Artist".

(Photo DD 8848  n° p 1030824)

 

p1030894

L'arrivée sur le tapis rouge, ce 26 Février 2012,

de Jean Dujardin et Alexandra Lamy.

(Photo DD 8853  n° p1030894)

 

p1030855

Bérénice Bejo et Jean Dujardin...

L'attente insoutenable avant chaque "The winner is...!"

(Photo DD 8849  n°  p1030855)

 

p1030861

Jean Dujardin monte sur la prestigieuse scène hollywoodienne,

pour recevoir la statuette suprême.

 (Photo DD 8850  n° p1030861)

 

p1030882

Jean Dujardin tout ému de tenir,

l'Oscar du Meilleur Acteur 2012.

(Photo DD 8845  n° p1030882)

 

p1030889

 exprime son immense bonheur !

(Photo DD 8852  n° p1030889)

 "Merci beaucoup, I love you..."

 

p1030872

et laisse éclater une joie indescriptible ! 

(Photo DD 8851  n° p1030872) 

 

Meilleure Musique

 

p1030862

 Ludovic Bource et l'Oscar 2012,

de la Meilleure Musique Originale.

(Photo 8854  n°  p1030862)

 

Meilleurs Costumes.

 

p1030840

Jean Dujardin dans "The Artist".

(Photo DD 8856  n° p1030840)

 

 Mille Bravos !

 

à toute l'équipe du film.

 

27/2/2012.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

img092

Cinéma "Le Familia",

Place Jacquard Halluin,

rénové en Décembre 1999.

(Photo DD 8829  n°  Img 092)

(Utilisez la loupe, à droite de la photo, pour agrandir).

 

img093

Hall d'entrée - "Le Familia" Halluin.

(Photo DD 8830  n° Img 093)

 

img095

Ecran du cinéma "Le Familia" Halluin.

(Photo DD 8831  n° Img 095)

 

img096

"Le Familia" avec son coloris original... Les fauteuils, couleur rouge,

étant situés par rapport à l'éclairage du plafond.

(Photo DD 8833  n° Img 096)

 

Halluin rime avec... Dujardin !

  

Les nombreux cinéphiles qui fréquentent la salle de cinéma "Le Familia" d'Halluin ne restent certainement pas insensibles à ce qui se passera cette nuit à Hollywood...

 

En effet, dans quelques heures, le cinéma français connaîtra, peut-être,

l'un des plus grands moments de son histoire...

 

 avec l'équipe du film "The Artist"...

à la cérémonie des Oscars,

 ce  27 Février 2012...

 

img828

 Affiche du film "The Artist"

(Photo 8825  n° Img 828)

 

"The Artist", ce film en noir et blanc et muet, de Michel Hazanavicius, où Jean Dujardin incarne Georges Valentin, une star du cinéma muet broyée par l'arrivée du parlant.

 

Jean Dujardin obtiendra-t-il l'oscar du meilleur acteur masculin ? 

Bérénice Bejo aura-t-elle l'oscar du meilleur second rôle féminin ?

 

img827

Jean Dujardin et Bérénice Bejo

dans "The Artist"

du cinéaste Michel Hazanavicius.

(Photo  8826  n° Img 827)

 

Le film français "The Artist" de Michel Hazanavicius,

 sera-t-il le grand vainqueur des Oscars 2012 ?

 

img829

Oscar.

(Photo  8827  n° Img 829) 

 

Pour ma part, dès la sortie du film, en Octobre 2011,

 je n'ai pas hésité à envoyer le commentaire suivant à "Allo Ciné"

 (site de référence consacré au cinéma) :

 

"Ce film mériterait d'être sélectionné pour les prochains Oscars... Le metteur en scène a fait un travail d'une originalité unique dans le cinéma actuel, aidé en cela par des acteurs et un chien superbes ! Bérénice Bejo est admirable, quant à Jean Dujardin, avec ce rôle qui lui va comme un gant, il devient absolument l'égal des plus grands acteurs du cinéma français, en attendant peut-être un jour, la consécration suprême d'un oscar du meilleur acteur !

A la fin du film... quand la musique s'arrête, lors du dialogue (muet) amoureux entre Dujardin et Bejo, ce silence total dans la salle de cinéma résume à lui seul l'émotion et l'originalité du film... Bonne chance à toute l'équipe du film pour les Oscars 2012... ?"

 

img832

Jean Dujardin récompensé

 par le Golden Globe 2012,

du meilleur acteur.

(Photo 8835  n° Img 832)

 

img831

 Le chien (du film, Uggie a même obtenu le collier d'or),

 Jean Dujardin, Michel Hazanavicius et Bérénice Bejo,

aux Golden Globe 2012 :

récompense la plus convoitée

avant la remise des Oscars.

(meilleure comédie, meilleur acteur comique,

et meilleure musique originale)

(Photo 8834  n° Img 831)

 

Depuis, "The Artist"  a obtenu plus de 50 récompenses à travers le monde...

 

p1030760

 Jean Dujardin à la cérémonie des "César" 2012.

(Photo DD 8832  n° Img  p1030760)

 

et vient de remporter 6 "César" du cinéma français, ce vendredi 24 Février 2012,

 

en attendant le suspens insoutenable, à la statuette suprême du cinéma mondial... sachant qu'aucun film de l'hexagone n'a amassé autant de nominations dans l'histoire des Oscars  !

 

Le rêve du cinéma français est-il au bout de la nuit ?

 

THE WINNER IS...

 

 

26/2/2012.

Commentaire : Daniel Delafosse