:

Elus et agents municipaux

Clipboard12

Charles Vanoverschelde

Maire d'Halluin

09.05.1957 -03.1971

Né le 21.07.1896 à Halluin 
Décédé le 06.09.1978 à Halluin 

Le 6 septembre 1978 disparaissait Charles Vanoverschelde qui assuma les fonctions de Maire d’Halluin,  de 1957 à 1971,  année où, il décida, en raison de son âge, de ne plus se représenter.

Voici le parcours de cette personnalité halluinoise, dont le nom fut attribué au square (inauguré le 11 décembre 1999), situé à l’intersection de la route de Neuville et du boulevard de Roncq.

Charles Vanoverschelde laisse le souvenir d’un homme authentique et vrai. Il aimait aller à la rencontre des gens, qui trouvaient toujours en lui un sourire, une écoute attentive associés à une grande simplicité et à une étonnante humilité.

Les halluinois l’appelaient officiellement Monsieur le maire, mais aussi, tout simplement, « Charles » car il était l’ami de tous, par un dévouement, une disponibilité et une serviabilité exemplaires.

Véritable terrien du Mont d’Halluin, il naquit le 21 juillet 1896, au 2, du chemin de Neuville. Très jeune, il travaille comme menuisier et s’établit à son compte en 1925, date à laquelle il est venu s’installer au Mont, et y a tenu en même temps une épicerie. Par la suite, il travaillera comme menuisier aux Ets Defretin, puis à la fabrique de fauteuils Socora. Il cessera toute activité professionnelle en 1956.

Sur le plan paroissial, il se dévoue à de nombreuses œuvres du Mont d’Halluin, où il sera, notamment, chantre à Saint-Alphonse et aussi sonneur, dans les années 30, jusqu’à l’électrification des cloches de son église.

Mais c’est surtout, en tant que conseiller municipal, puis maire de la ville d’Halluin, que Charles Vanoverschelde exprima toute sa bienveillance envers les autres. Elu conseiller municipal en 1947, il fut réélu en 1953 et en 1957 ; Apparenté MRP, le 9 mai 1957, il fut désigné aux fonctions de premier magistrat de la ville, au bénéfice de l’âge au troisième tour de scrutin après des interruptions de séances tendues et devant un public tassé dans le couloir de la mairie, à l’époque rue de Lille.

 

Charles Vanoverschelde  est placé à la tête d’une coalition entre la liste d’Union sociale et familiale MRP et la liste SFIO. Auprès du nouveau maire les adjoints sont, dans l’ordre, Gustave Decamp, Julien Alard, Bernard Legall, Claire Faidherbe et Adolphe Dieryck. Celui-ci est élu grâce notamment aux voix communistes, le MRP votant pour Georges Cériez. Cette alliance, immédiatement critiquée par le PC, tient deux ans jusqu’aux élections municipales normales de 1959.

 

Le Conseil Municipal élu en 1957 est composé ainsi :  Vanoverschelde Charles (Maire), Decamp Gustave, Alard Julien, Le Gall Bernard, Mme Faidherbe-Castel Claire, Dieryck Adolphe, Casier Robert, Mennekeer Charles, Verkindère Gérard, Mme Deceuninck-Jacques Simonne, Ceriez Georges, Lesaffre Gaston, Lescroart Maurice, Verhellen Albert, Destoop Léon, Graye Fernand, Auvelick André, Delannoy Jules, Declercq Robert, Desplanque Michel, Lagae Cyrille, Delattre Joseph, Mme Delbaere-Lombaere Simonne, Declercq Julien, Devriese Armand, Houte Albert, Vanmeerhaeghe Georges.

 

Aux élections municipales de mars 1959, Charles Vanoverschelde,  à la tête d'une liste MRP, est réélu Maire d'Halluin.

 

Le Conseil Municipal de 1959 est constitué ainsi :  Vanoverschelde Charles (Maire), Alard Julien, Mme Faidherbe-Castel Claire, Declercq Julien, Coone Joseph, Leveugle Henri, Bisbrouck François, Dewailly André, De Temmerman Jean-Marie, Six Antoine, Delannoy Jules, Fiolet Michel, , Delattre Joseph, Desplanque Michel, Houte Albert, Lepers Antoine, Mme Leconte-Fremaux Marie-Madeleine, Verhamm Albert, Depuydt Jacques, Mme Ampe-Vermander M. Agnès, Lescroart Maurice, Graye Fernand, Mme Veyer-Libbrecht Denise, Ceriez Georges, Verhulst Paul, Verkindère Adrien, Verkindère Gérard.

 

A la veille des Elections Municipales de 1965 la liste d’union sociale, familiale et MRP présente son bilan et son programme. L’équipe s’est renouvelée car Julien Alard, Fernand Graye, Paul Verhulst sont décédés en cours de mandat. Parmi les arrivants, Denise Dansette, Roland Schepens, Pierre Derudder, Régis Vanhalst, Jean-Marie Chombeau, Gérard Verkindère ne se représente pas.

 

Il n'y aura qu'un seul tour  ; la liste MRP conduite par le maire sortant l'emporte face à une liste communiste.  Charles Vanoverschelde est reconduit dans ses fonctions de maire d'halluin.

 

Le Conseil Municipal de 1965 est formé ainsi :  Adrien Verkindère, Député du Nord (Suppléant de Maurice Schumann Ministre), est élu premier adjoint par 24 voix sur 27, Claire Faidherbe-Castel est élue deuxième adjoint avec 26 voix, François Bisbrouck est troisième adjoint, les deux adjoints supplémentaires  étant  Jacques Depuydt, Maurice Lescroart, et des conseillers municipaux :  

Albert Houte, André Hasbroucq, Roger Dhellin, Alfred Ragonnet, Michel Fiolet, Henri Leveugle, Michel Gille, Albert Verhamme, Michel Gomez, Régis Vanhalst, Michel Desplanque, André Dewailly, Denise Dansette-Dhuyvetter, René Dedeine, Roger Beernaert, Vandewoestyne-Declercq Antoinette, Roland Schepens, Pierre Derudder, Jules Delannoy, Jeanne Ampe-Six.

 

Grâce à son réalisme, de nombreux équipements ont été décidés, et mis en place sous ses mandats. Notamment,  le projet d’adduction d’eau au Mont, de l’assainissement, l’amélioration de l’éclairage public (en particulier pour faciliter la circulation des travailleurs de nuit), et du Parc rue de Lille, la rénovation de la place Jean Jaurès, le nouveau château d’eau du Colbras, le remplacement des dortoirs de l’hospice et le début de sa modernisation, la suppression des baraquements au Cobras, l’égout du collecteur au « Petit Baptiste »,  l’aménagement de nombreux carrefours, et surtout la réalisation de la route de contournement (RN 17 actuelle) ; rappelons-nous, les encombrements et les embouteillages qui paralysaient la rue de Lille et ses environs.

En 1967, au sein du district urbain de Tourcoing, la ville s’est dotée de l’usine d’incinération, dans le domaine scolaire c’est la réalisation de nouvelles écoles, en particulier l’implantation d’un collège d’enseignement technique, et l’ouverture en 1964 du collège d’enseignement secondaire Robert Schuman, la rénovation des cuisines municipales, sans omettre la création de la maison des jeunes, du centre de protection maternelle et infantile, du poste-frontière d’Halluin-est, du stade Hildevert Wancquet, et la décision de construire la piscine, ainsi que l’acquisition de la mairie actuelle (Maison Sion).

Sous sa responsabilité, un effort particulier fut apporté au soutien de l’activité douanière, par la mise en place pour les transitaires, mais aussi dans le secteur de l’habitat, par la construction de nouveaux logements, notamment, la cité du Parc, la résidence Roger Bouvier, la résidence du Molinel, ceci en collaboration avec les services intéressés.

Charles Vanoverschelde pouvait être particulièrement fier d’être aussi l’artisan du premier jumelage entre Halluin et la ville allemande d’Oer-Erkenschwick, avec la signature de la charte en 1969, et dont on fêta le 40ème anniversaire en 2008. 

Ses noces d’or seront célébrées, en cours de mandat, de manière exceptionnelle.

Après vingt-quatre années au sein du conseil municipal, et occupé le poste de Premier magistrat de la ville, pendant près de quatorze ans, Charles Vanoverschelde ne se représenta plus aux suffrages des électeurs.

Ses éminents services envers la population halluinoise lui valurent de nombreuses distinctions, en particulier, la médaille d’Or de la ville, le Mérite social, ainsi que la remise de la croix de chevalier dans l’Ordre national du Mérite par Maurice Schumann, alors ministre des Affaires étrangères.

Il était aussi : Croix d’honneur des forces combattantes belges, Commandeur de l’œuvre humanitaire, Chevalier du Mérite philanthropique et des Palmes Académiques, Médaillé de la Ville de Dunkerque, Médaillé des Sports, du Mérite diocésain, Pro Eclesia et Pontifice.

Après son retrait des affaires communales, Charles Vanoverschelde arpenta, encore quelques années, les chemins de la haute ville, de cette silhouette bien connue des halluinois, avec l’habituel feutre, et le reste d’une cigarette, confectionnée par ses soins, se consumant sur le coin des lèvres.

Lors des fêtes du Syndicat d’Initiative en juin 1978, M. et Mme Charles Vanoverschelde figuraient dans le cortège qui y retraçait la vie des Halluinois : il ne pouvait y avoir de meilleur choix pour rappeler ces vieux couples halluinois dans « Les Noces d’Or de Pier et de Marie ».

Le 5 septembre 1978, son successeur à la mairie, Albert Houte lui avait rendu visite, l’invitant à se joindre à la délégation qui se rendrait en Allemagne pour les fêtes du 25ème anniversaire du regroupement des deux communes Oer et Erkenschwick . 

Malheureusement, le lendemain 6 septembre, à l’âge de 82 ans, notre ancien maire s’en est allé, brutalement, mais avec la satisfaction du devoir accompli.

Nombreux sont les Halluinois qui ont tenu assister à ses funérailles. Le Maire et le Conseil Municipal, auxquels s’étaient joints d’anciens Conseillers et de nombreuses délégations, avaient tenu à manifester leur reconnaissance, envers celui qui s’était dévoué si longtemps pour la Ville d’Halluin.

Dans le journal municipal, lors de son décès, on pouvait notamment lire ceci : " Par sa simplicité et sa bonhomie, Monsieur Vanoverschelde dispensait autour de lui la sérénité. Il amenait les problèmes à leur juste dimension en terrien qu’il était. Etait-il vraiment terrien ? Il était à la fois, artisan, sonneur de cloches, commerçant et homme public.

 

Il a été disponible toute sa vie à sa famille, à son quartier qui s’étendait depuis le chemin de Neuville à partir du « Bon Paysan » où il était né (il aimait le rappeler) jusqu’au Mont. Lorsque plus tard, il était appelé au poste de Maire, son acceptation allait dans le sens qu’il s’était toujours tracé, aidé en cela par une épouse admirable.

Le souvenir qu’il laisse ne s’effacera pas de sitôt de la mémoire des Halluinois. Que son exemple de bonté et de dévouement soit une invitation à de nouveaux engagements au service des autres".

27/12/2010

Commentaire :  Presse - Daniel Delafosse

 

Clipboard13

Albert Houte

Maire d'Halluin

21.03.1971 - 04.10.1980

Né le 20.07.1910 à Halluin 
Décédé le 06 06.1989 à Tourcoing (Nord).

 

 Albert Houte est né en 1910 dans une famille de travailleurs chrétiens. Il mena, comme son père, un combat syndical de tous les instants. Les plus anciens se souviennent des services qu’il rendait, quand il était employé à la Sécurité sociale, ainsi que son action sociale au sein de la société mutualiste « La Prévoyance », dont il devint le président.

En 1953, c’est sa popularité qui l’amena à siéger au conseil municipal, pour la première fois, puis  aux nouveaux conseils municipaux de 1957, 1959 et 1965 dans l’équipe de M. Charles Vanoverschelde.

 

Lors des Elections Municpales de mars 1971, Albert Houte, non inscrit, est élu pour la première fois Maire d’Halluin. Il est secondé par six adjoints : Henri Leveugle, Régis Vanhalst, Denise Dansette Dhuyvetter, Jacques Depuydt, Marcel Kindt, Alexandre Faidherbe. Ainsi que les conseillers municipaux suivants : Alphonse Vanwyngene, Pierre Desmedt, Gabriel Vervacke Henri Gruard, Jules Devlieger, Jean-Pierre Rembry, Raymond Haese, Yvon Tomme, Raymond Massal, Lucien Lemesre, Ghislain Daels, Jules Wattel, Marcelle Varrasse-Delporte, Pierre Rossel, Libert-Delvallee, Lucien Dupont, Irène Vandaele-Ameys, René Dedeine.

 

Six ans plus tard, aux Elections Municipales de mars 1977, grâce à une percée spectaculaire, la liste emmenée par Albert Houte est brillamment réélue, et cela, à la surprise générale dès le premier tour de scrutin, avec près de 54 % des voix. Dans les sept bureaux, la liste du maire sortant a obtenu plus que la majorité absolue.

 

Le nouveau conseil municipal était composé ainsi : Maire : Albert Houte, Adjoints : Henri Leveugle, Stanislas Verschae, Denise Dansette-Dhuyvetter, Oscar Crombez, Jacques Depuydt, Marcel Kindt, Jean-Claude Deleurence et des conseillers municpaux : Louis-Paul Ampe, Marie-Françoise. Chombeau-Vermander, Jean-Claude Deroo, Jules Devlieger, René Dhont, André Grimonprez, Raymond Haese, Jean-Pierre Leconte, Lucien Lemersre, Patrick Letoret, Jean Racine, Diana Rammmant-Crype, Yvon Tomme, Lucien Tordo, Irène Vandaele-Ameys, Alphonse Vanwyngene, Marcelle Varrasse-Delporte, Gabriel Vervacke, Jules Wattel.

 

Au conseil municipal depuis vingt-sept ans, Albert Houte atteint par la maladie depuis quelques années, se démit de ses fonctions en  octobre 1980, laissant la place de maire à celui qui le seconda, pendant neuf ans,  son inséparable premier adjoint Henri Leveugle.

 

La même année, à l’occasion de la cérémonie de remise de la médaille départementale et communale à M. Houte, c’est tout naturellement que M. Leveugle fit l’éloge de son compagnon de route, soulignant son humanisme très profond qu’il héritait de son père, ses convictions philosophiques et religieuses « qui ont trouvé leurs expressions dans ces engagements sans doute divers, mais toujours au service des autres et des plus démunis en particulier ».

Soutenue par son fidèle et précieux collaborateur le regretté secrétaire général de mairie André-Jacques Dewailly, l’équipe emmenée par Albert Houte réalisa de très nombreux projets municipaux dans tous les domaines, pour ne citer que les principaux, notamment :

La création de l’aire couverte de la Rouge Porte, le stade et la salle de sports rue de la lys, la salle des haltérophiles rue Pasteur, la Bibliothèque municipale, ainsi que la mise en place des classes vertes, du voyage des anciens, de la piscine, du cinéma « Le Familia », l’implantation de la zone industrielle de la Rouge Porte, la construction du Collège d’Enseignement Technique, du Lycée d’Enseignement Professionnel, des écoles Anne-Frank, Maria Montessori, Jean Moulin, la maternelle George Sand l’extension du Collège d’enseignement secondaire Robert Schuman, et en partenariat avec le C.I.L., la construction du lotissement Molinel-Colbras, du logement-foyer pour travailleurs migrants...

Ainsi que  l’aménagement des allées et plantations au cimetière, l’implantation dans le « Château Hottelart » et annexes des services sociaux de santé du Département, la mise en place de crèches et garderies à domicile, le portage des repas à domicile, l’amélioration des éclairages publics et des travaux d’entretien des églises et anciennes écoles, la création de nouveaux espaces verts, la rénovation de la piste d’athlétisme et du stade Wancquet, de la M.J.C.

On lui doit également l’aménagement de la mairie actuelle, dans laquelle M. Albert Houte eut l’honneur de célébrer le premier mariage, le vendredi 15 mars 1974. Mais assurément pour l’ancien maire, l’épisode le plus marquant fut sans conteste la réalisation du très attendu foyer-logement pour personnes âgées « Val de Lys ».

En effet, dès 1971, jusqu’à son inauguration en décembre 1977, Albert Houte fut le décideur, mais surtout le défenseur acharné d’un projet semé de difficultés, au niveau des différentes étapes, notamment la démolition de l’ancienne usine Rover, et l’octroi de la subvention et du prêt nécessaires aux travaux.

Albert Houte avait une idée très élevée du rôle qu’il pouvait tenir, restant en contact permanent avec la population, d’où ses actions sociales en faveur des plus déshérités, des anciens et des plus jeunes.

 

La disparition du Maire Honoraire Albert Houte.

 

Malade depuis très longtemps, M. Houte maire honoraire, s’accrochait courageusement à la vie. Quelques heures après avoir encore pris son déjeuner, parmi ses amis du Val de Lys, où il avait choisi de finir sa vie, il fut victime d’une crise cardiaque, et transporté à Tourcoing où il décéda le 6 juin 1989 à l’âge de 79 ans.

Lors de ses funérailles, suivie par une très grande assistance, le curé-doyen Héquette retraça la vie de cet homme de foi et de conviction en ces termes : « Toujours disponible, il n’a pas cherché la gloire. Quand il a jugé sa santé trop déficiente, il a su se retirer pour laisser décider les gens compétents qui l’entouraient. Ses amis politiques lui portaient beaucoup d’admiration ».

M. Alexandre Faidherbe, maire en exercice, rappela l’estime de toute la population halluinoise, lors de l’éloge funèbre :
« Homme de cœur, il était resté l’ami de tous. Sa grande simplicité s’accordait parfaitement avec son attention envers les plus faibles. C’était toujours l’accord parfait entre la pratique et les discours. Il voulait sans cesse améliorer l’accueil des jeunes... Et de rappeler l’ouverture de nombreuses écoles durant son mandat. En parallèle, il avait une volonté inébranlable en son action en faveur des anciens ».

 

Pour le centième anniversaire de sa naissance,  le Maire d'Halluin  Jean-Luc Deroo inaugurait officiellement, le 20 Juillet 2009, "L'Espace Albert Houte",  situé à la résidence pour personnes âgées  du Val de Lys, rue de la Libération.

 

Depuis, le portrait sérigraphié d'Albert Houte (photo ci-dessus),  est désormais fixé en façade à l’entrée de l’établissement, que  lui-même a inauguré officiellement en décembre 1977.

 

22/12/2010.

Commentaire : Presse Daniel Delafosse

 

 

Clipboard14

Henri Leveugle

Maire d'Halluin

05.10.1980 - 18.03.1983

Né le 14.11.1924 à Wattrelos (Nord).

 

Lors de la célébration des cinquante ans de mariage de  M. Henri Leveugle et son épouse,  en octobre 1998, on pouvait lire ceci dans la presse locale :

 « Il est de ces personnes pour qui la modestie est une philosophie et le dévouement une seconde nature ».

 

Né dans la cité des Berlouffes le 14 novembre 1924, Henri Leveugle a d’abord été professeur technique adjoint de janvier 1945 à avril 1947, puis technicien aux Ets Lorthiois, Leurent et Fils à Halluin de août 1947 à décembre 1963, et enfin technicien aux Ets Urgé à Comines de janvier 1964 à novembre 1982.

Domiciliés 33, rue Anatole France, dans ce quartier du Colbras, dont ils connaissaient si bien la vie, Henri et Denise  Leveugle-Hallez (décédée en 2007)  eurent huit enfants et de nombreux petits-enfants. 

Outre son activité professionnelle qui lui a valu la prestigieuse distinction de Meilleur Ouvrier de France, Henri Leveugle fut nommé conseiller municipal le 15 mars 1959, réélu dans l’équipe de Charles Vanoverschelde le 14 mars 1965 ; à compter du 21 mars 1971, il devenait le Premier adjoint au maire Albert Houte, qu’il seconda à ce poste pendant neuf ans.

 

Au conseil municipal depuis vingt-sept ans, Albert Houte atteint par la maladie depuis quelques années, se démit de ses fonctions en octobre 1980, laissant la place de maire à son inséparable premier adjoint Henri Leveugle.

Le 5 octobre 1980, Henri Leveugle, cadre textile, devenait officiellement le nouveau Maire d’Halluin jusqu’en mars 1983, où il fut battu aux élections municipales par M. Albert Desmedt ancien journaliste.

« Rigoureux et doté de cette qualité essentielle qu’est l’honnêteté, il n’a jamais mélangé les intérêts de sa commune et ses intérêts personnels » disait notamment en octobre 1998,  le maire d'Halluin Alexandre Faidherbe (celui là même qu’Henri Leveugle avait été cherché en 1971).

 

 

 Noces d'Or des époux Leveugle-Hallez, salle des Mariages Mairie d'Halluin

célébrées par Alexandre Faidherbe Maire - Octobre 1998,

(Photo NE DD 26489  n° Img 552)

Lors du mandat de M. Leveugle, en sa qualité de Premier Magistrat de la Ville, les principales  réalisations municipales étaient les suivantes :

L’inauguration en juillet 1981 de trois nouveaux courts de tennis construits en matériaux bitumeux poreux situés rue de la Lys, en remplacement des installations vétustes de la Route de Linselles.

Le 10 septembre 1981, naissait une nouvelle société musicale « L’Harmonie Municipale d’Halluin » sous la direction de M. Guy Deceuninck, et de son premier Président Marcel Vanwalleghem.

Le 3 octobre 1981, Oscar Crombez Adjoint à la Culture représentait le Maire absent d’Halluin, pour l’inauguration des locaux complètement rénovés de l’ancienne M.J.C. – M.P.T. 

M. Henri Leveugle, en sa qualité de  maire, procèdera à l’inauguration officielle le 7 novembre 1981 du nouveau siège du Conseil de Prud’Hommes, dans l’immeuble que la Municipalité a acquis au 58, rue de Lille.

C’est également en 1981 que la Municipalité, soucieuse de l’environnement de la Commune, a relancé avec la participation du Coin de Terre le concours des Maisons Fleuries.

 

 Henri Leveugle Maire d'Halluin  devait inaugurer également  la nouvelle école maternelle « Maria Montessori », le samedi 16 octobre 1982, en présence du Maire Honoraire M. Albert Houte.

 

Dans son discours, Henri Leveugle rappela l’effort municipal et communautaire réalisé pour l’enseignement de 1971 à 1982 : Notamment la construction de l’école maternelle George Sand, celle de l’école Anne Frank et de l’école primaire Jean Moulin, mais aussi l’extension du C.E.S. Robert Schuman et la création du Lycée d’enseignement professionnel Saint-Exupéry sur le territoire communal.

La dernière année de mandat de M. Leveugle verra se poursuivre plusieurs dossiers à l’étude L’opération « Texunion », « Descamps-Demeestère », lotissement « Les Magniolias » ainsi que les études d’aménagements d’espaces verts, en particulier la zone verte de 8 hectares au Colbras et le terrain de 3 hectares autour de la ferme Acquette.

Membre du comité de Gérontologie, président départemental  du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD), regardant au-delà de son quotidien  les pays qui souffrent, Henri Leveugle et son épouse ont su toujours donner de leur temps aux plus démunis avec « cette volonté d’accueillir tous les gens de tous horizons » soulignait Alexandre Faidherbe.

Mais aussi, Henri Leveugle s’était tourné vers la jeunesse halluinoise pour qui il avait  co-fondé la Maison des Jeunes et de la Culture, sous l’impulsion du maire Charles Vanoverschelde, en 1968. 

Lors du trentième anniversaire de cette institution, l’ancien maire recevait la médaille de la ville des mains de M. Alexandre Faidherbe Maire d'Halluin, ainsi que la médaille de bronze de la Jeunesse et des Sports.

 

Depuis 1983-1984, son épouse Denise a tenu le rôle de rédactrice du fonds commun et des pages locales du Journal « La vie chez nous »,  tâche qu’elle prit particulièrement au sérieux, en tandem avec son mari, dont elle a soutenu l’engagement militant. 

 

Hommage à l’homme politique :

ou le « Salut au vaincu »  par le journaliste Philippe Martin.

« Voici les résultats pour l’ensemble de la commune » : soudain le débit de voix se fait plus saccadé. Que peut-il bien ressentir, le maire sortant, au moment où au micro et devant des centaines d’Halluinois redevenus silencieux,  il se doit d’annoncer sa défaite chiffrée et la victoire presque écrasante de son principal adversaire ? Qui y songeait, dimanche soir (13 mars 1983) vers 19 h 30 dans la salle du Manège, quand M. Leveugle prit la parole pour la dernière fois de la soirée ?

 

Bien sûr, c’est loi de la démocratie, qui veut que vainqueur ou vaincu l’élu sortant donne lecture du score obtenu par les différents candidats. Mais il est des moments où elle se fait bien dure, cette loi. Sous son masque pâle et marqué par les fatigues d’une campagne éprouvante pour les cœurs et les nerfs, malgré son sourire et son calme de façade, on sentait bien chez M. Leveugle l’expression mal contenue d’un immense désarroi.

Et on aime à penser qu’ils ont été quelques-uns à ce moment-là dans la salle même chez ceux qui ne lui avaient pas accordé leur confiance, à comprendre sinon à partager l’espace d’un instant, cette souffrance intérieure difficilement contenue.

Il s’agit ici pour quelques secondes de se placer au-dessus des passions politiques nées d’un enjeu électoral qui a fini par occulter tout le reste, y compris la qualité des hommes en présence. De se mettre dans la peau d’un homme qui, selon sa propre expression « milite depuis 35 années pour le bien-être de ses concitoyens ».

 

Qui depuis 1959, siège sans discontinuer au sein de l’assemblée communale, comme simple conseiller, d’abord, comme adjoint ensuite, sans jamais renier la moindre des responsabilités que peut recouvrir ce mandat local peut spectaculaire mais si utile à la communauté.

Qui au cours des trois dernières années a assumé totalement sa fonction de maire y consacrant l’essentiel de son temps et de ses capacités, allant jusqu’à devancer l’âge de la retraite afin de se rendre plus disponible.

Qui depuis quelques semaines, s’est battu corps et âme pour faire triompher l’idée qu’il croyait la meilleure, tout cela pour voir finalement 65 % des électeurs halluinois lui tourner le dos…

On nous l’a parfois reproché, « de passer souvent la photo du maire dans le journal » Etait-ce notre faute à nous, s’il était présent auprès des gens, des sociétés, des Halluinois en général ? A-t-on imaginé ce que représentait ne serait-ce que dans une vie de famille, la charge de l’élu local, en heures perdues, en kilomètres parcourus, en soirées sacrifiées ?

L’heure nous semble propice pour rendre ici hommage à un homme qui s’est battu et a été battu. « Sans doute me suis-je trompé, sans doute ai-je mal compris ou ai-je mal été compris » 

Confiait-il au soir d’un premier tour qui ne lui laissait plus guère d’espoirs. Déjà en vrai démocrate, il reconnaissait et assumait une partie des torts, puisque la majorité s’était prononcée contre lui. Certes, M. Leveugle reste élu, il siègera au sein du futur conseil, il nous l’a affirmé. Mais cette interrogation majeure, cette certitude d’avoir fait fausse route en croyant avoir choisi le bon chemin  rendait encore plus poignante sa dignité courageuse de dimanche soir.

Et l’on fut gré aux partisans de M. Desmedt de ne pas forcer la note dans le domaine des applaudissements.

Les plus nettes victoires se savourent en silence. Mais ce même silence peut faire l’effet d’un baume sur les cicatrices les plus cuisantes…  Philippe Martin  ( Nord Eclair 15/3/1983).

 

22/12/2010

Commentaire : Presse locale -  Daniel Delafosse
Compte-rendu du Journal Nord Eclair  - 24 Décembre 2014.
(Photo NE DD 22991  n° Img 436)
Les Funérailles de M. Henri Leveugle Ancien maire d'Halluin
se dérouleront Lundi 29 Décembre 2014,
à 10h45, en l'église Notre-Dame des Fièvres Halluin (Colbras).
Voir aussi :
 24/12/2014

Clipboard15

Albert Desmedt

Maire d'Halluin

19.03.1983 - 25.07.1987

Né le 13.12.1916 à Bousbecque (Nord) 
Décédé le 25.07.1987 à Halluin. 

 

 Né le 13 décembre 1916 à Bousbecque,  Albert Desmedt n’a pas 13 ans lorsqu’il commence à travailler, d’abord chez J. Laurent et Fils, puis aux papeteries Dalle et Lecomte, comme manœuvre puis comme employé chimiste.

En 1940, il entre à la mairie de Bousbecque où il est chargé du ravitaillement. Un poste qui lui permettra d’aider les réfractaires au travail obligatoire et les résistants.

 

Engagé dans la lutte contre l’occupant, il supportera les conséquences physiques de son courage : en septembre 1944, il a alors 25 ans, il est arrêté au cours d’une action menée avec un petit groupe de résistants par une troupe de S.S. qui les prennent en otage pour passer la frontière.

 

Arrivés à Halluin, les Allemands font feu. Grièvement blessé au poumon et à l’estomac, Albert Desmedt est laissé pour mort ; Les médecins de l’hôpital de Tourcoing parviennent pourtant à le sauver.

Son action dans la Résistance lui vaudra la Croix de guerre et la Légion d’Honneur.

 

C’est à l’issue de la guerre, qu’apparaît le personnage qui marquera de sa présence la ville d’Halluin et, au-delà, la vallée de la Lys, pendant plus de 40 ans. 

En 1945, Albert Desmedt découvre un métier pour lequel il nourrira une passion qui ne l’aura pas quitté. Cette année là, il entre comme journaliste à « Nord Eclair ». Il y restera quinze ans puis entrera à « La Voix du Nord » le 1er janvier 1959 et ne quittera son bureau de la rue de Lille qu’à l’âge de la retraite, en décembre 1981.

 

Marié à Geneviève Bello (décédée en décembre 2010) et père de cinq enfants, Albert Desmedt était devenu dans la commune une personnalité « incontournable ». Au centre d’un réseau d’amitiés et de relations qui touchait tous les milieux, il était à l’écoute, et se faisait l’écho, des préoccupations les plus diverses de ses concitoyens.

 

Observateur puis acteur

 

Homme politique, au étymologique du terme, rien de ce qui concernait la vie de la cité ne le laissait indifférent. Albert Desmedt, après deux ans de retraite, décidait de reprendre du service. Non plus comme observateur, mais cette fois comme acteur.

 

Lors des  élections municipales de 1983, il créait une certaine surprise, en battant le maire sortant M. Henri Leveugle, avec 700 voix de plus. Le samedi 19 mars 1983 au soir, Albert Desmedt portait pour la première fois l'écharpe de maire.

En 1983, le conseil municipal d'Halluin est composé ainsi  : les adjoints : Patrick Tierrie, Marie-Paule Heiblé-Doléans, Jean Ostyn, Louis-Paul Ampe, Freddy Mathys, Jacqueline Vanhoutte Debouver, Christian Verpraet, André Rampelberg, Denise Simono-Delannoy, et les conseillers municipaux : Didier Desprez, Jean-Pierre Verschave, Guy Fiolet, Roland Rosé, Norbert Deprez, André Lescroart, Francis Strzelczyk, Geneviève Dufour-Leplat, Roger Boudry, Pascal Delafosse, Raymond Castelain, Jules Wattel, Albert Dubois, Geneviève Grumiaux, Serge Maugeais et six membres de l'opposition : Henri Leveugle, Albert Houte, Alexandre Faidherbe, Stanislas Verschae, Denise Dansette-Dhuyvetter, Oscar Crombez.

 

Dans son discours, alors qu’il venait d’être élu maire, Albert Desmedt proclamait : « c’est maintenant l’heure des retrouvailles entre tous. Les différentes sensibilités sont représentées au sein du conseil municipal et c’est tant mieux ! »

  

Mais plus que ses réalisations, notamment les courts de Tennis couverts, la nouvelle salle de Judo, la Bibliothèque municipale, les travaux de rénovation de la Salle du Manège et du Foyer des Anciens… , ce qui restera sans doute en mémoire, c’est l’affirmation d’un style.

 

Homme de plume, le maire d’Halluin a d’abord montré qu’il avait la langue au moins aussi acérée que le stylo. En public comme dans le privé, il laissait parler sa sensibilité. Inaugurations, cérémonies, fêtes… Ce n’est qu’à de très rares exceptions près qu’il ressentait le besoin de préparer un discours. Il préférait plutôt laisser libre cours à son sens inné du contact. Un bon mot, une anecdote, un souvenir, un aparté (tutoiement de rigueur) avec telle ou telle personne de l’assistance : c’était Albert Desmedt, ne laissant à personne le soin de mener les débats au sein du conseil municipal, marquant de sa personnalité toute son équipe.

 

Deux ans après les Municipales, le 17 mars 1985, le maire d’Halluin était élu conseiller général du canton de Tourcoing Nord. Au second tour, face notamment à M. Christian Odoux (PS)  c'est  une victoire « sans bavures » que remportait le candidat « d’opposition sans étiquette », Albert Desmedt, avec près de 5000 voix d'avance, dans ce canton de Tourcoing-Nord dévolu depuis 18 ans au R.P.R.

 

Fort de ce succès,  Albert Desmedt qui  ne voulait pas aller au-delà dans son activité publique, restait cependant avant tout le maire d’Halluin : « mon élection à la mairie, c’est ce qui m’a fait le plus plaisir de tout mon existence. Et rien ne me fera jamais autant plaisir. Je réalisais une espèce de rêve personnel en trouvant un moyen d’accomplir ma retraite de façon plus valable, plus généreuse aussi : en tant que maire, je pouvais faire quelque chose de concret pour ma ville, pour mes concitoyens… »

 

Malheureusement, atteint par la maladie, Albert Desmedt devait décéder en cours de mandats le 25 juillet 1987.

Jusqu'au dernier moment, il était resté à l’écoute des dossiers de la ville. Ses adjoints venaient lui rendre visite régulièrement. L'avant-veille de sa mort, M. Vandeputte, secrétaire général de la mairie, était encore, comme d’habitude, à son chevet pour solliciter son avis sur quelques décisions municipales. Et l’entendre encore se laisser aller à son irréductible goût pour la plaisanterie…

 

C’est son premier adjoint à la Mairie d’Halluin Patrick Tierrie, comptable de profession, qui assuma l’intérim jusqu’au 2 septembre 1987.

 

Albert Desmedt a rejoint sa dernière demeure

 

Au rez-de-chaussée de la mairie, dans le salon transformé en chambre mortuaire, les Halluinois sont venus ce mercredi 29 juillet 1987, pendant toute l’après-midi, se recueillir devant la dépouille de M. Albert Desmedt.  

Pas de cohue, pas d’attroupement, mais un défilé continu d’anonymes, de responsables d’associations locales ou de personnalités, venus très dignement rendre un dernier hommage au maire d’Halluin.

 

Entouré des membres du conseil municipal, le cercueil de bois faiblement éclairé sur lequel a été posé le drapeau tricolore rappelant son appartenance à l’ordre de la Légion d’Honneur. Un drapeau qui, avec l’écharpe tricolore du premier magistrat et les palmes, insignes de la Croix de Guerre qui lui fut décernée pour son action dans la résistance, donne un caractère très solennel à cette veillée funèbre.

 

Albert Desmedt quitte pour la dernière fois sa mairie d’Halluin, il est 9 h 15. Le cortège funéraire gagne l’église Saint-Hilaire ce jeudi 30 juillet 1987. La garde d’honneur des sapeurs-pompiers accompagnait le corbillard derrière lequel se trouvait la famille et le conseil municipal pratiquement au complet. 

A 10 h. les rues d’Halluin étaient vides, et de nombreux commerces avaient fermé leurs portes. Comme si toute la ville avait tenu à porter le deuil de son maire tandis qu’étaient célébrées ses obsèques en l’église Saint-Hilaire.

 

Une église archi-comble pour accueillir ceux qui voulaient s’associer à l’ultime hommage. Une foule de personnalités parmi lesquelles M. Bouillon, sous-préfet, M. Maurice Schumann, vice-président du Sénat, M. Dermaux, député-maire de Tourcoing, MM Houssin et Delnatte, conseillers généraux, M. Netta, ancien maire de la ville d’Oer, une délégation de la ville de Menin, ainsi que de très nombreux maires et élus des communes voisines.

 

Derrière, tous les Halluinois venus assister à une cérémonie où solennité et simplicité s’allièrent aisément. A l’image de celui que l’on honorait. Solennelle la messe célébrée par le doyen d’Halluin entouré de tous les prêtres des paroisses de la ville, et de Bousbecque réunis autour de l’autel, derrière lequel avaient pris place l’Harmonie Municipale et la chorale de la « Lyre Halluinoise ». Solennel l’hommage rendu à l’un des leurs par ses amis de la Légion d’Honneur, ainsi qu’une quinzaine de porte-drapeaux de toutes les associations patriotiques rassemblés autour du cercueil, la haie de policiers en grand uniforme et la garde d’honneur constituée de sapeurs-pompiers.

 

Au terme de la cérémonie religieuse et d’une très longue offrande, lors de laquelle beaucoup tinrent à exprimer leur sympathie à la famille d’Albert Desmedt, c’est M. Patrick Tierrie, premier adjoint, qui rendit l’hommage de la municipalité :

 

« Albert, la ville d’Halluin est aujourd’hui autour de toi. Pour une dernière fois, elle tient à t’exprimer ses remerciements pour le temps, sans compter que tu lui as donné. Tout d’abord en tant que journaliste, fidèle au poste pendant de nombreuses années, à l’écoute des Halluinois et surtout des associations à qui, toujours, avec le sourire, tu tenais ta porte ouverte.  

La retraite ayant sonné, plutôt que de profiter d’un repos bien mérité, tu as voulu continuer à servir tes chers Halluinois, tu les as servis courageusement depuis quatre ans.  

Ces derniers temps, chaque fois que nous nous voyons, c’est toujours du sort d’Halluin et des Halluinois que tu te souciais. Jusqu’à ton dernier souffle, tu as œuvré pour le bien-être d’Halluin et du canton. 

Je terminerai ce mot par la fin du message que tu nous adressais le 14 juillet : A bientôt ! ».

 

Homme de cœur

 

C’est ensuite « son confrère, son ami, son frère », M. Maurice Schumann, ancien ministre,  Sénateur du Nord, membre de l’Académie Française, qui lui rendit le dernier hommage :  

« J’ai retrouvé sur ce cercueil ma croix de la Légion d’honneur, celle qui m’a été remise par le général Leclerc. Je ne pouvais la confier qu’à un frère. Je me souviens de te l’avoir épinglée, si près du cœur. De ce cœur qui a tant battu pour Geneviève, ton épouse, ta famille, pour Halluin, pour Bousbecque, ta ville natale, pour la Vallée de la Lys. 

Près de ce cœur qui battit aussi et surtout pour la France. De ce cœur qui fut offert à la France. De ce cœur d’un ami fidèle entre tous… jusqu’au devant du peloton d’exécution ». 

 

Et Maurice Schumann d’évoquer la « Symphonie Inachevée » qui venait d’être jouée : 

« Quel superbe symbole !  La joie, la bonne humeur ne s’arrêtent pas avec la vie. Goûtez-là désormais dans le rafraîchissement de la Lumière et de la Paix ! ».

 

Après ces paroles fraternelles de l’ancien ministre,  l’Hymne national a retenti… comme pour chaque ancien combattant au terme de la messe des funérailles. Mais cette « Marseillaise » là, prit une autre ampleur ; Elle célébrait l’ancien combattant certes, mais surtout l’ancien Résistant qui aurait sacrifié sa vie pour la Patrie, et le premier magistrat de la cité.

 

Accompagné d’une quinzaine de drapeaux, du conseil municipal et de sa famille, Albert Desmedt fut alors conduit au cimetière de la ville. Il était temps de dire adieu à ADES, et une dernière fois, il parcourut les rues de la cité qu’il aimait, entouré de ceux qu’il aimait. 

 

Dans son testament politique M. Desmedt souhaitait voir son conseiller municipal Didier Desprez lui succéder. Les membres de la liste majoritaire « Sécurité et Gestion » ont accédé à ce désir lors d’une séance extraordinaire du Conseil Municipal d’Halluin qui se déroula le jeudi 3 septembre 1987

Sur proposition du Maire Didier Desprez, la majorité du Conseil Municipal avait accepté de dénommer l’ensemble de la structure (Bibliothèque et Maison des Associations, situées rue de Lille),  « Centre Culturel Albert Desmedt » , inauguré officiellement en 1989.

 

22/12/2010.

Commentaire : Presse - Daniel Delafosse

 

Clipboard17

Didier Desprez

Maire d'Halluin

03.09.1987 - 24.03.1989

Né le 27.02.1953 à Menin (Belgique).

 

Il y a 23 ans,  le jeudi 3 septembre 1987, Didier Desprez , professeur de mathématiques à l’E.I.C. de Tourcoing, marié et père de trois enfants, devenait à l’âge de 34 ans le nouveau Maire de la Ville d’Halluin.

 

Ce jour-là, après 19 h, l’élection du nouveau maire d’Halluin ne fut pas une surprise. L’ensemble des élus de la majorité (ils occupent 25 des 33 sièges) a conservé une cohésion assez forte après le décès en juillet 1987 du maire Albert Desmedt. Certaines voix firent défaut, mais c’est une preuve de démocratie.

 

Il est 19 h donc quand M. Patrick Tierrie, premier adjoint, ouvre la séance, ayant à ses côtés M. Patrick Vandeputte, secrétaire général de la mairie. M. Tierrie annonce officiellement l’investiture de Mlle Yvette Vanhoutte, qui complète le conseil municipal. Mlle Vanhoutte, institutrice dans le privé, figurait en 30ème position sur la liste « Sécurité et Gestion ».

 

Les 25 premiers furent élus puis Mme Catherine Lemerse-Gille (26e) remplaça M. Castelain après son décès et M. Jean-Pierre Quivron (27e) M. Pascal Delafosse après sa démission. Théoriquement, c’est M. Jules Beel (28e) qui aurait pu entrer au conseil municipal ou M. Georges Bostyn (29e). C’est finalement Mlle Yvette Vanhoutte qui siègera pour un an et demi au conseil.

 

Premier hommage…

 

Immédiatement après cette intronisation, Patrick Tierrie demanda à ce que les élus mais aussi la foule des spectateurs observe une minute de silence à la mémoire de M. Albert Desmedt.

 

C’est ensuite M . Jules Wattel qui fut appelé à présider cette séance extraordinaire, le vice-doyen remplaçant le doyen M. Albert Houte, retenu à son domicile pour raison de santé.  M. Wattel fut aidé de Mme Catherine Lemerse, benjamine de l’assemblée, qui occupa les fonctions de secrétaire de séance.

 

Au nom de la liste « Sécurité et gestion », M. Patrick Tierrie premier adjoint, proposa le nom de M. Didier Desprez pour l’élection du maire. Aucun autre nom fut proposé. M. Houte donna pouvoir à M. Leveugle.

 

M. Didier Desprez obtint 20 voix, douze élus s’abstenant. L’assistance applaudit le nouveau maire, à qui M. Wattel remit l’écharpe tricolore de premier magistrat.

 

… et second

 

L’hommage rendu par M. Desprez à Albert Desmedt fut bref et clair. M. Desprez est le dauphin d’Albert Desmedt. La majorité municipale a pratiquement suivi cette dernière volonté. Et M. Didier Desprez de déclarer :

 

« Albert, c’est ainsi que nous l’appelions, m’a proposé de poursuivre la tâche qu’il a entrepris depuis quatre années déjà. 

C’est un personnage qui nous a quittés. C’est un ami que nous avons perdu, c’est un homme intègre et courageux que nous regretterons.

L’équipe qui me fait l’honneur de me soutenir, je le sais, continuera à travailler pour construire comme le disait Albert une cité prospère, plus unie et surtout plus fraternelle. 

Je me mets entièrement au service des Halluinois, mais j’essaierai de sauvegarder une partie de mon temps afin de ne pas négliger, mon foyer, mon épouse, mes enfants ». 

 

Les neuf mêmes

 

L’on commença alors les neuf votes pour les postes d’adjoints. Aucune surprise là non plus, puisque les neuf adjoints sortants furent réélus. Voici le décompte des voix : premier adjoint, M. Patrick Tierrie (pour 24, abstentions 9) ; deuxième adjoint, Mme Marie-Paule Heiblé Doléans (22-11) ; troisième adjoint, M. Jean Ostyn (22-11) ; quatrième adjoint, M. Louis-Paul Ampe (19-14) ; cinquième adjoint, M. Freddy Mathys (21-12) ; sixième adjoint, Mme Jacqueline Vanhoutte (25-8) ; septième adjoint, M.Christian Verpraet (25-8) ; huitième adjoint, M. André Rampelberg (24-9) ; neuvième adjoint : Mme Denise Simono Delannoy (23-10).

 

Le temps que soit dactylographié (avant la signature) le procès-verbal de cette réunion extraordinaire, le maire fut félicité notamment par son épouse et ses trois jeunes enfants ainsi que par ses parents. 

M. Desprez invita à se rendre, le samedi 5 septembre à 18 h 15 au monument aux morts, puis sur la tombe d’Albert Desmedt et enfin à Neuville, en souvenir de la Libération.

 

Halluin compte désormais un jeune maire qui aura à conduire les affaires municipales durant un an et demi jusqu’aux élections municipales générales. Sera-t-il maire d’intérim ou ce fauteuil sera-t-il un tremplin pour 1989 ? 

L’outsider devenu leader

 

Adjoint supplémentaire sur la liste « Union pour la sécurité et la gestion d’Halluin », Didier Desprez , juste après son élection, se laissa aller à la confidence :

 

« Il y a longtemps que j’envisageais la possibilité de devenir un jour maire, mais je l’imaginais survenir dans un futur bien plus éloigné. Dans une quinzaine d’années par exemple : le décès d’Albert Desmedt a précipité les choses, rien de plus… ».

 

S’il a finalement brûlé les étapes, c’est tout simplement qu’Albert Desmedt, dans un testament politique, avait lui-même désigné celui qui devrait poursuivre sa tâche. Didier Desprez ne s’est pas dérobé bien au contraire, en annonçant plus clairement la couleur ; Albert Desmedt avait abordé avec Didier Desprez la question de sa succession en 1986 :

 

« Dans nos esprits, la chose murissait depuis plusieurs années et c’est l’année dernière, en 1986, qu’Albert Desmedt m’a fait précisément la proposition. Je me suis fait d’autant plus facilement à cette idée que la philosophie d’Albert Desmedt me convient parfaitement. 

Il n’était pas un politique, je n’en suis pas un non plus. Que le maire puisse avoir les mains libres, tout en tenant compte évidemment du poids des partis politiques, j’estime que c’est une bonne chose pour une ville comme Halluin ».  

(…) «  Je ne serai pas un maire de transition, et comme je l’ai dit aux membres du groupe majoritaire, je briguerai un autre mandat en 1989 ! ».

 

Pas de doute, celui qui jusque là avait évité la lumière trop directe des projecteurs, n’entendait pas demeurer dans la pénombre. C’est d’ailleurs sans doute ce ton direct qui lui valut ses premiers désagréments. 

Comment expliquer autrement les « bavures » qui accompagnèrent son élection : 20 voix « pour » certes mais aussi trois de ses colistiers qui se réfugient dans l’abstention… Une sorte d’avertissement sans frais de la part de certains adjoints, peut-être vexés de voir passer au-dessus de leur tête un simple conseiller municipal.

 

« Franchement, cela m’a surpris. En effet lors de la réunion préparatoire du groupe, tout le monde était d’accord. Mais ce sont les aléas du vote à bulletins secrets. Je ne crois toutefois pas que cela soit très important. Le groupe est solide : je lui demanderai simplement de resserrer davantage les rangs » a précisé Didier Desprez.

 

Au moment de son élection comme Maire, M. Didier Desprez était professeur au collège Charles-Péguy de Tourcoing, après avoir assumé les fonctions de directeur de collège à l’E.I.C. Tourcoing.

 

« Je suis issu d’une famille halluinoise (mon père était ouvrier chez Lepoutre et ma mère travaillait dans la confection et ils demeurent d’ailleurs toujours à Halluin) Après les classes maternelles à Notre-Dame des Fièvres et le primaire au Sacré Cœur, j’ai poursuivi mes études à l’E.I.C. Tourcoing où je suis devenu professeur ».

 

Le samedi 10 Septembre 1987, c’est en présence d’une assemblée très importante que M. Didier Desprez Maire d’Halluin, a posé la première pierre de la nouvelle Maison des Associations. Didier Desprez précisait que cette nouvelle implantation permettra de regrouper en un même lieu la quasi-totalité des services associatifs et culturels municipaux.

 

Lors de cette manifestation, il convient de signaler la présence de Madame Albert Desmedt, dont le mari avait eu à cœur de mener à bien cette réalisation. Le Maire Didier Desprez rappela que sur sa proposition, la majorité du Conseil Municipal avait accepté de dénommer l’ensemble de cette structure (Bibliothèque et Maison des Associations, situées rue de Lille)  « Centre Culturel Albert Desmedt ».

 

Aux élections municipales de mars 1989, Didier Desprez est battu par son adversaire socialiste Alexandre Faidherbe. Il se représentera  successivement en 1995, 2001 et 2008, mais sans succès. Après ce dernier échec, il décide de se retirer définitivement de la vie politique halluinoise.

 

Sa distraction favorite est la musique (Membre de la Lyre Halluinoise et de l’Harmonie Municipale). Passionné d’informatique, il a créé un club au collège Charles-Péguy de Tourcoing ,avant de devenir Directeur du collège Saint-Joseph de Lille.

 

Depuis quelques années, Didier Desprez préside l'association halluinoise "Les Amis des orgues de Saint-Hilaire". Cette association s'emploie à développer et fidéliser un public amateur de concerts d'orgue.

17/12/2010.

Commentaire : Presse - Daniel Delafosse

 

Clipboard18

Alexandre Faidherbe

Maire d'Halluin

25.03.1989 - 24.03.2001

Né le 24.06.1935 à Halluin.

Halluinois de naissance,  M. Alexandre Faidherbe a pratiquement toujours vécu dans sa ville.

 

Après l’obtention du Bac philo avec mention bien en 1955 et plusieurs années d’études universitaires, il est revenu à Halluin pour y enseigner dès 1959. 

De 1963 à 1981, ce père de cinq enfants, enseignera à l’école Jean-Macé avant d’en devenir le directeur. 

 

Chevalier du Mérite Agricole et colombophile passionné, il est président du groupement colombophile de l'arrondissement de Lille, ainsi que président de l'association halluinoise "Les amis de la basse-cour".  Sportif  pratiquant, coureur de fond et demi-fond, il occupa également les fonctions de président du club d’Athlétisme Halluin Val de Lys, avant d'être nommé président d'honneur.

 

En janvier 1995, pour ses 32 années passées au service de l’Education nationale, il reçoit l’insigne d’Officier de l’Ordre des palmes académiques.

Dans son discours de remerciements, Alexandre Faidherbe dit notamment : (…) « L’entourage est primordial. Je suis quelqu’un qui ne croît guère à la réussite en solitaire, persuadé que les vraies réussites sont toujours collectives ».

 

Reprenant son cheval de bataille d’enseignement convaincu, Il redit combien : « l’éducation est une tâche qui ne saurait être considérée comme de la responsabilité exclusive des enseignants. L’école seule ne peut pas tout. Elle repose sur le trépied enseignants, familles, responsables municipaux ». 

Un discours que son arrière grand-père (Alexandre, aussi) également directeur d’école, à Roubaix, tenait déjà en 1855 !

 

Pour la première fois en 1971, il est élu conseiller municipal et adjoint sur la liste emmenée par le Maire d’Halluin Albert Houte (Etant carté socialiste, sa mère Mme Faidherbe née Castel Claire, gaulliste siégeant au conseil municipal sortant, se retira pour éviter l'affrontement).

Deux ans plus tard, aux  Législatives de 1973, Alexandre Faidherbe devient suppléant du nouveau Député socialiste élu, après la victoire historique de Gérard Haesebroeck Maire d’Armentières (Parti Socialiste) sur Maurice Schumann, Ministre des Affaires étrangères de 1969 à 1973, neuf fois élu député du Nord depuis, 1945.

 

A l’élection cantonale de Tourcoing Nord, en octobre 1987, contre toute attente, les électeurs ont fait passer ce siège traditionnellement détenu par un candidat de droite à la gauche. 

Alexandre Faidherbe (ancien adjoint au maire d’Halluin, conseiller à la communauté urbaine, conseiller régional et suppléant de M. Gérard Haesebroeck,  député de la 10ème circonscription, actuel conseiller municipal d’Halluin) succède à Albert Desmedt, ancien maire d’Halluin, au siège de conseiller général du canton de Tourcoing-Nord avec 54,86 % des suffrages exprimés, contre 45,13 % des voix à son adversaire, Henri Desmettre, maire de Roncq UDF/CDS.

 

Lors des élections municipales en mars 1989, pour la première fois, Alexandre Faidherbe (PS), conseiller général, emporte la mairie d’Halluin. Après l’annonce officielle des résultats, la première pensée du nouveau maire fut pour ceux qui ont fait confiance à sa liste, à ceux qui ont présidé le comité de soutien et à MM Houte et Leveugle, anciens maires, et demanda que l’on respecte tous les candidats présents à cette élection « Nous somme élus ce soir, nous sommes au service de tous les halluinois » devait-il conclure.

 

Le samedi 25 mars 1989, autour du maire Alexandre Faidherbe sont nommés neufs adjoints : Régis Vanhalst, Jean-Luc Deroo, Jeannine Gheysen-Castro, Jean-François Lesage, Didier Duprat, Vianney Leveugle, Brigitte Casier-Duforest, Didier Delahousse, Didier Watry, trois conseillers délégués : François Bisbrouck, Francis Poulain, Olivier Ghesquière, et les conseillers municipaux : Pour la majorité, Claude Hernaert, Maurice Bels, Nelly Vankesbeulque, Lucien Dupont, Francis Vandenbrouck, Raymond Detaevernier, Michel Odent, Pierre Delbassez, Christiane Verkindère Debon, Patrick Boucourt, Jacques Brulin,  Marcelle Varrasse-Delporte. Pour l’opposition, Didier Desprez, Patrick Tierrie, Marie-Paule Heiblé-Doléans, Freddy Mathys, Jean-Pierre Verschaeve, Serge Maugeais, Raymond Vanhalst, et représentant le PCF, Francine Vanoverberghe. 

 

A l’élection cantonale partielle de Tourcoing Nord en juin 1989 (Cette élection était provoquée par la plainte déposée par le leader du Front National Christian Baeckeroot pour l’annulation de la cantonale de 1987 « faux candidats-fantômes »), le Conseiller Général sortant Alexandre Faidherbe, qui est aussi Député suppléant de Jean-Pierre Balduyck depuis 1988 et Maire d’Halluin, est réélu Conseiller Général du canton de Tourcoing-Nord.

Aux élections cantonales de 1992, Alexandre Faidherbe (homme de terrain, connaissant sur le bout des doigts le moindre dossier du canton de Tourcoing Nord,  élu conseiller général en 1987, après le décès d’Albert Desmedt, puis de nouveau en 1989, après l’annulation de la partielle de 1987) est victime de la vague de mécontentement qui touchait alors le Parti Socialiste sur le plan national. Et la presse locale titre : « La défaite d’un parti… plus que celle d’un homme ».

 

Le Maire d’Halluin laisse son siège de conseiller général à Henri Desmettre candidat de l’Union Pour la France CDS  et Maire de Roncq, âgé de 65 ans, qui devient  ainsi le premier Maire roncquois conseiller général du canton de Tourcoing- Nord.

 

Au moment des élections législatives de 1993, après la victoire du nouveau Député Christian Vanneste (RPR), le Maire d’Halluin Alexandre Faidherbe perd son poste de suppléant du député sortant Jean-Pierre Balduyck, cela un an après avoir perdu celui de conseiller général.  

 

Le 25 juin 1995, Alexandre Faidherbe (PS),  est élu pour la seconde fois consécutive dans le fauteuil de Premier Magistrat d’Halluin. 

Lors de son discours, il eut une pensée personnelle pour sa mère, présente au côté de son épouse, qui longtemps eut un engagement dans la vie publique et sociale d’Halluin, tout en élevant ses six enfants : « Je lui dois cette envie d’un engagement fort au service de notre ville, le désir de suivre le sillon avec pour exigences le respect d’autrui… »

 

 Il est procédé à la nomination de neuf adjoints : Régis Vanhalst, Jean-Luc Deroo, Jeanine Gheysen, Didier Duprat, Jean-François Lesage, Christiane Verkindère, Didier Delahousse, Brigitte Casier, Francis Poulain, et de trois conseillers municipaux délégués : Serge Maugeais, Franck Haelewyn, François Bisbrouck, et des conseillers municipaux : Delbassez Pierre, Plets-Tachon Christiane, Vankesbeulque-Prunez Nelly, Degavre Robert, Daminet Marcel, Bosquillon-Claeys Nadine, Detaevernier Michel, Varrasse Fabrice, Verein-Delebecque Françoise, Lassalle Henri, Watry Didier, Devlies-Elias Ginette. Liste Opposition « Mieux Vivre Halluin », Didier Desprez, Marie-Paule Heiblé-Doléans, Emmanuel Delannoy, Christian Verpraet, Jean-Pierre Verschave. Liste Front National, Roger Strobbe, Claude Potier, Richard Cools. 

Il est à préciser, que trois des cinq têtes de la liste « Mieux vivre à Halluin » à savoir Didier Desprez, Marie-Paule Heiblé-Doléans et Christian Verpraet démissionnèrent pour laisser leur place aux trois suivants sur la liste : René Schmidt, Philippe Grimonpont et Danièle Monteyne qui siégèrent à leur place.

 

Aux Législatives de 1997, Jean-Pierre Balduyck (PS) récupère son siège de Député du Nord, qu’il avait cédé en 1993 à Christian Vanneste. Pour le parti socialiste, les Législatives se suivent mais ne se ressemblent pas !  Le Maire d’Halluin Alexandre Faidherbre récupère également son poste de Suppléant du nouveau Député, le Maire de Tourcoing Jean-Pierre Balduyck, qui obtient auprès de l’électorat halluinois  près de mille voix de plus que le député sortant Christian Vanneste.  

 

Aux Elections Cantonales 1998, le dimanche 22 mars, au soir du second tour, Alexandre Faidherbe (PS) maire d’Halluin retrouve son siège de conseiller général, perdu en 1992, avec plus de quatre points d’avance, soit 981 voix sur son principal rival le RPR Christian Vanneste.

 

A nouveau, Alexandre Faidherbe retrouve ses deux fonctions, (de suppléant du député et de conseiller général), cédées à la droite.  Une bonne nouvelle en cachant une autre, on apprenait qu’en même temps (quasiment) Alexandre Faidherbe était grand-père pour la douzième fois…

 

Lors des  élections municipales de 2001, le maire sortant Alexandre Faidherbe se retire pour laisser la place à son 1er adjoint M. Jean-Luc Deroo, qui est élu, pour la première fois, Maire d’Halluin.

 

Après avoir  été conseiller municipal, adjoint et Maire d’Halluin, conseiller communautaire, conseiller général, conseiller régional, suppléant de Député, Alexandre Faidherbe est élevé au titre de Maire Honoraire de la ville d’Halluin, par son successeur Jean-Luc Deroo.

 

Le 9 novembre 2001, en présence du Président du Conseil Général du Nord Bernard Derosier, le Maire d’Halluin Jean-Luc Deroo inaugure la nouvelle salle polyvalente, rue Marthe Nollet, baptisée « Alexandre Faidherbe ».

 

Aux législatives de 2002, Alexandre Faidherbe perdra son poste de suppléant au député Jean-Pierre Balduyck, après la défaite de ce dernier face à Christian Vanneste (UMP).

 

Aux cantonales de 2004, Alexandre Faidherbe cède son poste de conseiller général à Marie Deroo (PS) (épouse du maire d’Halluin), qui devient pour la première fois Conseillère Générale du Nord, après sa victoire, au second tour, face à Vincent Ledoux (UPN) et René Declercq (FN).

 

18/12/2010

Commentaire : Presse - Daniel Delafosse

 

Clipboard19

Jean-Luc Deroo

Maire d'Halluin

25.03.2001 - 30.03.2014

Né le 24.08.1945 à Hazebrouck (Nord).

 

 Jean-Luc Deroo, professeur de lettres, arriva à Halluin en 1977 et dirigea pendant vingt ans l’école Notre-Dame des Fièvres à Halluin, jusqu’à la rentrée 2000. Ces premières années dans l’enseignement il les passa à Dunkerque et à Lille. 

 

Il occupa également, pendant 8 ans, des responsabilités importantes à la tête du syndicat  CFDT de l’enseignement privé. Son père a participé à l’élaboration de la loi Debré sur les rapports Etat-écoles privées. 

En Mai 68, il était du côté des barricades. Il débutait dans l’enseignement et entrait dans la vie active. Comme il le dit : « Une entrée forcée puisque j’étais le deuxième d’une famille de douze enfants, et  je devais « ramener l’argent à la maison » comme l’on dit. Sinon j’aurais choisi autre chose ».  

 

Son souhait était de devenir chirurgien. Tout en ayant  effectué une carrière dans l’enseignement littéraire et la philosophie, l'ancien directeur d’école dit aussi être d’un tempérament scientifique, aimant la biologie et la chimie.  

 

Aux élections municipales de mars 1989, il siège pour la première fois au sein du conseil municipal, en qualité de  second adjoint de M. Alexandre Faidherbe Maire d’Halluin. Il est réélu au poste de second adjoint , aux élections de mars 1995. 

 

Six ans plus tard, lors des élections municpales,  M. Jean-Luc Deroo est nommé, pour la première fois, au fauteuil de Premier Magistrat de la ville d’Halluin ,le 25 mars 2001.

 

Le nouveau conseil municipal est composé ainsi : Entouré de neuf adjoints, dans l’ordre de nomination : Christiane Verkindère-Debon, Alain Lambré, Fabrice Varrasse, Annie-Bagein-Declercq, Franck Haelewyn, Didier Delahousse, Serge Maugeais, Jean-Claude Klimanek, Jacques Vanoverberghe, de quatre conseillers délégués : Françoise Verein-Delebecque, Laurence Vanoverberghe-Faidherbe, Jean-Claude Hazebroucq, Stéphane Bedleem, de ses conseillers municipaux : Nadine Bosquillon-Claeys, Andrée Brun-Hachin, Christiane Boucourt- Crombez, Francine Lagrange, Maryse Vandevyver, Jocelyne Lefebvre, Marcel Daminet, Michèle Nollet, Pierre Delbassez, Nelly Vankesbeulque-Prunez,  Jan-Louis Leoen et des conseillers municipaux représentant l’opposition : Didier Desprez, Marie-Paule Heiblé-Doléans, Jean-Pierre Verschave, Ghislain Maerten, Claudette Lebas-Cornard, Marie-Cécile Derveaux, Marie-Madeleine Boone, Dominique Voet.

 

Lors de son discours-fleuve, dont l’introduction sonnait comme un soulagement : «Voilà, je suis à vous ! »  et après avoir élevé Alexandre Faidherbe, conseiller général, au titre de maire honoraire de la ville d’Halluin, Jean-Luc Deroo a répété qu’il serait au service de tous les halluinois en s’appuyant : « sur les compétences et les motivations, les savoir-faire et le sens du service public de l’ensemble du personnel municipal ».

 

Aux élections municipales de mars 2008, La liste de Gustave Dassonville « Unissons-nous pour Halluin » UMP obtient 3.920 voix  soit  48,25 %,  la liste de Jean-Luc Deroo « En Avant Halluin » PS obtient 4.204 voix soit 51,75 %.

 

284 voix séparent les deux listes (209 en 2001), de bons reports de voix dans les deux camps, mais plus d’abstentionnistes que prévu. Au bout d’un duel « terrible » la liste de Jean-Luc Deroo l’emporte et permet à Halluin de rester la seule ville à gauche de la Vallée de la Lys.

 

Le Dimanche 23 Mars 2008, Jean-Luc Deroo (PS) est élu pour la seconde fois consécutive Maire d’Halluin, entouré de neuf adjoints dans l’ordre de nomination : Didier Delahousse, Jocelyne Lefebvre, Fabrice Varrasse, Jean-Claude Klimanek, Françoise Verein, Marc Desbuquois, Gaëlle Thual, Jacques Vanoverberghe, Yasmina Chigri, de ses conseillers municipaux : Fatima Guettaf, Claudette Lebas, Alain Cappe, Jennifer Lacroix, Jean-Pierre Vercruysse, Catherine Vanthomme, Stéphane Bedleem, Michèle Nollet, Hamza El Kostiti, Isabelle Combas, Jean-Claude Hazebroucq, Marie-Line Mulliez, Mickaël Moglia, Annabelle Salembier, Thierry Demeester et des conseillers de l’opposition : Gustave Dassonville ; Marie-Thérèse Canoot, Patrick Splete, Pascale Lesage, Yvan Hennion, Denyse Simono, Gauthier Desplanque, Marie-Cécile Derveaux.

 

Dans son discours, Jean-Luc Deroo dit notamment : « Nous sommes responsables et comptables de la qualité de la vie politique que nous avons à conduire dans notre ville ».  

 

M.  Jean-Luc Deroo est notamment un enfant de parents enseignants comme son épouse Marie Deroo, actuelle Conseillère Générale du Nord, qui débuta sa carrière également comme institutrice en 1959. 

 

 Marié, père de quatre enfants, le Maire d'Halluin est  Vice-Président de Lille Métropole Communauté Urbaine, mais aussi en 2010,   Président du syndicat  Lys Nord Métropole et Président  de la Maison de l'Emploi de Tourcoing et la Vallée de la Lys.  

 

A l'instar d'Euralille, de l'Eurométropole, le secteur d'activité de la Vallée de la Lys a été identifié sous l'appellation Euralys (regroupant sept communes). L'acte fondateur a eu lieu à Wervicq le 10 février 2012 sous la présidence de Jean-Luc Deroo Maire d'Halluin.

 

 Après 25 années de présence au sein du conseil municipal d'Halluin, dont treize ans aux fonctions de Maire, M. Jean-Luc Deroo a décidé de ne pas se représenter lors des élections municipales de Mars 2014.

 

20/12/2010 - 7/4/2014

Commentaire : Daniel Delafosse

 

 

Clipboard06

Paul Pierre Defretin
  (1845 - 1922)
 
 Nommé pour la première fois au sein du conseil municipal en 1878, Pierre Defretin, fabricant textile, est élu maire du 20 mai 1900 au 10 décembre 1919.

Avec un intérim de deux ans du 27 avril 1906 au 17 mai 1908, pendant lesquels la charge fut exercée par M. Louis Odou-Loridan, son second adjoint. 

 

La loi de séparation des Eglises et de l’Etat entraîne de graves incidents à Halluin trois mois après sa promulgation en décembre 1905. 

Les biens des paroisses et des communautés religieuses iront, après inventaire, à des associations culturelles, constituées par des laïcs ou à défaut à des établissements communaux d’assistance ou de bienfaisance ; l'Etat confisquant purement et simplement tous les biens d'Eglise antérieurs à la Révolution.

  

 

Eglise Saint-Hilaire Halluin :

Inventaire du 8 Mars 1906.

(Photo 4052)

 

Les inventaires d'Halluin auraient dû avoir lieu le 7 ou 9 mars 1906 : M. Rabier, inventorieur, ne peut effectuer son travail ni à Saint-Hilaire, ni à Saint-Alphonse.Selon le "Journal de Roubaix", on parle de 3000, 8000 et même 12 000 manifestants catholiques qui interdisent l'approche de l'église. 

 

Quatre à cinq cents fidèles sont enfermés dans l'église. Des troupes de Lille arrivent et dégagent la place. Ils établissent des barrages. Après les sommations réglementaires, les "crocheteurs" se mettent à l'oeuvre et défoncent la porte. Celle-ci a été renforcée par d'énormes poutres provenant de vieux métiers à tisser. Des chaises ont également été empliées. Des projectiles de toute sorte ont été lancés sur les crocheteurs et les soldats.

 

Milices, échauffourées, armée réquisitionnée pour accélérer les opérations : cette atmosphère de guerre civile larvée prend à Halluin une intensité redoutable. Les incidents survenus à Saint-Hilaire et Saint-Alphonse sont illustrés par des cartes postales.  Les évènements d'Halluin font même écho dans les journaux d'Italie, de Grande-Bretagne et de Belgique.

 

 

 La Mairie rénovée, Place de l'Eglise, vers 1910.

(Photo ARPH DD 22701  n° Img 114) 

 

 A la suite des ces évènements le maire, Pierre Defretin et ses deux adjoints Jules Demeestère et Paul Lemaitre sont suspendus de leurs fonctions pour un mois. Le 12 mars 1906 hommage leur est rendu hors réunion officielle du Conseil municipal.  Démis de leurs fonctions ils seront cependant réélus en 1908.

  

La police enquête sur les agissements de certaines personnes qui sont convoquées au commissariat. Deux travailleurs belges sont alors expulsés.Le 20 mars 1906, l'inventaire est réalisé par effet de surprise.Des solutions provisoires seront mises au point pour laisser aux fidèles l’accès à l’église. 

Le 20 novembre 1906, à nouveau les inventorieurs reviennent à Halluin. Le tocsin sonne, les soldats du génie défoncent la porte, mais aucun incident n'est à signaler. C’est à cette époque que le denier du culte est établi afin de pourvoir au traitement des prêtres.   

 

En 1905-1906, Halluin souffre encore d’un double et triste record : mortalité de la population et mortalité infantile. 

 

Au moment de la déclaration de la Première guerre mondiale, Paul Lemaitre était âgé de 39 ans, et adjoint au maire. Père de dix enfants, il lui fut permis de demeurer à Halluin. M. Pierre Defretin le maire, l’autre adjoint M. Louis Odou-Loridan, étant tous deux septuagénaires, lui confièrent l’administration de la ville dès l’arrivée des Allemands, le 16 octobre 1914.  

 

(Photo ARPH DD 22700 n° Img 113)

  

Le conseil municipal du 30 Juin 1915 est une séance extraordinaire de nuit où les Allemands envisagent d’anéantir la ville et de supprimer ses habitants, si les ouvriers des usines réquisitionnées ne reprennent pas le travail. Une séance nocturne où la vie d’Halluin aurait pu basculer.

  

M. Pierre Defretin prend la parole et explique les motifs de ce conseil : 

« Premièrement : le refus de la ville de continuer le paiement des lourdes réquisitions de salaires des ouvriers travaillant dans les tissages et scieries. D’abord parce qu’elles surpassent les ressources communales : ensuite parce que certaines ont directement trait aux opérations de la guerre. 

Deuxièmement : les menaces d’affamation (sic), de destruction et d’effusion de sang portées contre la ville et ses habitants si, dans les usines en question, le travail n’est pas immédiatement repris ».

 

M. Defretin ne cache pas qu’il est partisan de la résistance mais ne veut pas décider seul. Comme il l’écrit au commandant allemand de la place :  

« Je ne puis oublier qu’il y a 2.500 Halluinois sous les drapeaux (…) et je ne voudrais pas qu’un seul puisse me reprocher un jour d’avoir aidé à forger des armes contre eux… ». 

 

Voir compte-rendu détaillé du 30 Juin 1915 : 

 http://www.alarecherchedupasse-halluin.net/index.php?option=com_content&view=article&id=1285&lang=fr  

 

 

Pierre Defretin Maire d'Halluin.

du 20.5.1900 - 26.4.1906

et 18.5.1908 - 1919.

(Photo DD 22297  n° P1220992)

 

En septembre 1917, pendant la guerre, un violent incendie ravage les bureaux Defretin et une partie des ateliers. Pierre Defretin qui est maire depuis 1900, est pris en otage pour son attitude trop patriotique. Il perd la vue suite à ces épreuves et démissionne en 1919. 

 

En 1918, sous l’autorité du Maire Pierre Defretin, le Conseil Municipal était composé ainsi : Lemaitre-Boutry Paul, Wallard, Vanackère, Vandemeulebrouck, Descamps, Declercq, Delesalle, Danset, Beylemans, Lescroart, Devernay, Derveaux, Castelain, Lefebvre, Tiberghien, Sion, Morel, Vanraes, Destailleurs. 

 

Pierre Defretin... et l'industrie textile.

 

Le tissage Defretin à Halluin est créé en 1847 par Edouard Defretin. Son fils Pierre le seconde dans l'entreprise.  

 

En 1897 : une entrée du personnel. Ils sont environ 600 hommes et femmes

posant pour la photographie, dans toute la longueur de la rue Française

(actuellement rue Jean Fiévet). La maison formant l'angle était celle de

Raymond Defretin fils (actuellement Agence immobilière).

(Photo ARPH DD 22709  n° Img 107)

 

Cette usine de tissage, à l’époque situé rue Marthe Nollet, était l’un des plus importants d’Halluin. Il employait plus de 1200 personnes. On y fabriquait des tapis, du tissu d’ameublement, du linge de table. 

 

 A gauche : Le Tissage Defretin, rue de la Gare, en 1907.

(Photo ARPH DD 22702  n° Img 119)

  

 Sur son immense terrain, on loin de la gare, qui s’étend jusque la rue du Molinel, des ateliers abritent des métiers de toutes dimensions. On y fabrique du linge de table, du linge de maison, du coutil, du satin corset, des tapis, des carpettes, du tissu d’ameublement, du tissu de velours etc… 

Pour répondre au besoin en personnel, la main d’œuvre halluinoise est insuffisante. Toute une population ouvrière arrive des régions flamandes de Menin et au-delà. Elle se fixe sur la commune. Elle habite dans des maisons construites par les fabricants où sont installés 1 et même 3 à 4 métiers.

 

Ainsi Pierre Defretin a construit des maisons dans la rue Jacquard, la rue Neuve (rue Arthur Houte), appelées rangées Defretin. Mais il y a également beaucoup d’autres maisons de tisserands qui sont encore aujourd’hui facilement reconnaissables : ruelle Saint-Jean, ruelle Saint-Roch, rue du Forage etc… Cette population, grâce à sa connaissance des métiers du textile, fournira dès la mécanisation la main d’œuvre nécessaire au développement des grandes entreprises.

 

A tous les stades de la préparation et des fabrications, des tisserands aux mécaniciens en passant par les teinturiers, près de 1200 ouvriers, hommes, femmes et enfants travaillent dans cette usine textile. 15 à 20 minutes sont nécessaires deux fois par jour pour canaliser la sortie du personnel.  Une vraie fourmilière dont le mouvement croise celui du personnel des nombreuses autres entreprises qui se créent à cette époque.

 

Né le 30 Novembre 1845 à Halluin, Pierre Defretin est décédé le 15 Janvier 1922 à Halluin.  

 

Mai 2010 Cimetière Halluin : Sépulture de Pierre Defretin (1845 - 1922). 

(Photo DD 22703  n° P1010462)

  

Intérieur chapelle Famille Defretin - Novembre 2014.

(Photo DD 22704  n° P1240004) 

  

Voir aussi : 

Halluin et ses Industries en 1900 (Bilan) : 

 http://alarecherchedupasse-halluin.net/index.php?option=com_content&view=article&id=4307:industries-halluinoises-en-1900-bilan&catid=67:industrie-divers-&Itemid=269&lang=fr

 

Tissage Defretin (Famille – Pierre, Raymond, Georges Defretin) :

 http://alarecherchedupasse-halluin.net/index.php?option=com_content&view=article&id=1289:famille-defretin&catid=112:ent-defretin&Itemid=261&lang=fr#comment-547 

 

Tissage Defretin (Historique 1847-1969) : 

 http://alarecherchedupasse-halluin.net/index.php?option=com_content&view=article&id=1352:lusine-defretin-513&catid=112:ent-defretin&Itemid=261&lang=fr#comment-1961 

 

Les inventaires des biens de l’Eglise Saint-Hilaire en 1905-1906 :

 http://alarecherchedupasse-halluin.net/index.php?option=com_content&view=article&id=448:les-inventaires-du-8-mars-1906153&catid=19:culte-catholique&Itemid=252&lang=fr

 

Guerre 14/18 – Lemaitre Paul et ses Fils (Paul Lemaitre-Boutry – Historique) :

 http://alarecherchedupasse-halluin.net/index.php?option=com_content&view=article&id=1544:lemaitre-paul-et-ses-fils&catid=11:guerre-14-18-&Itemid=219&lang=fr#comment-805

 

14/12/2010 - 24/11/2014

Commentaire et Photos  :  ARPH - Daniel Delafosse

 

Clipboard01

Pierre-Joseph

Demeestère-Delannoy

Maire d'Halluin

12.09.1830 - 25.08.1865

Né le 24.08.1785 à Halluin 

Décédé le 18.07.1869 à Halluin 

 

De septembre 1830 à mai 1900, soit pendant 70 ans, se succédèrent seulement trois maires, appartenant tous à la même famille : Pierre Demeestere-Delannoy, Chevalier de la Légion d'Honneur, Maire d'Halluin du 12 septembre 1830 au 25 août 1865,  démissionna après trente-cinq années au service de la commune. 

 

Son gendre, Edouard Lemaitre-Demeestère, fut appelé par arrêté impérial à prendre la succession de son beau-père, du 26  août 1865 au 27 août 1873.

 

Son petit-fils , Paul Lemaitre-Bonduelle, deviendra également Maire d’Halluin, le 23 février 1874, pour plus de vingt-six ans, jusqu’au 19 mai 1900. Celui-ci était le père de M. Paul Lemaitre-Boutry qui dirigea la ville d’Halluin, durant la guerre 14/18, en sa qualité de Premier adjoint de M. Pierre Defretin.

 

Par la même, M. Pierre-Joseph Demeestère-Delannoy était l’arrière grand-père de M. Paul Lemaitre-Boutry.

 

M. Pierre-Joseph Demeestère-Delannoy et sa famille reposent dans le caveau familial, situé dans l'allée centrale (entrée du cimetière d'Halluin, côté rue Pasteur). 

 

28/11/2010.

Commentaire : Daniel Delafosse