:

Culte catholique

 

img608

L'autel de l'Eglise Saint-Alphonse,

(Mont d'Halluin) en 2003.

(Photo DD 8568 n° Img 608)

 

img607

Eglise Saint-Alphonse (Mont d'Halluin),

en 2002, avant sa restauration

extérieure en 2004.

(Photo DD 8567  n° Img 607) 

 

 

02232

L'Eglise Saint Alphonse

 (Mont d'Halluin),

 et le Presbytère en 1922.

(photo n° 2232)

L’église Saint Alphonse

 (Mont d'Halluin)... Historique. 

 

Alphonse-Marie de Liguori Docteur de l’Eglise Catholique est né à Naples le 27 septembre 1696. Avocat brillant puis prêtre, il fonde en 1732 la congrégation des Rédemptoristes pour l’évangélisation des populations les plus abandonnées. Il est l’auteur du très fameux « Les gloires de Marie ». Il meurt le 1er août 1787. Huit mois après on introduit sa cause de béatification. Il est canonisé le 26 mai 1839.

 

L’abbé Alphonse-Marie Coulon, vicaire à Reckem, rendait souvent service à la paroisse d’Halluin.

 

Considérant que les Halluinois du Mont étaient bien éloignés du centre-ville, l’abbé Coulon désira pour eux une église. Cette église, il la désira tellement, qu’il y consacra toute sa fortune personnelle. Pour elle, il se fit même mendiant et manœuvre-maçon (il ramassait les vieilles briques provenant de démolitions). Et, c’est ainsi qu’en 1897 l’église fut presque terminée.

 

Mais c’est après beaucoup de tribulations que l’abbé Coulon réussit à faire don de son église à la commune d’Halluin, grâce à Félix Faure, président de la République. Ce n’est donc qu’en 1898 que l’église fut bénite et que le Mont devenait paroisse. En 1910 l’église fut enfin dotée d’un joli clocher dont on aperçoit la flèche de très loin.

 

Les habitants du Mont n’oublieront pas ce fondateur énergique qui s’était fait mendiant pour bâtir la maison de Dieu.

 

Depuis 2004, l’église a été entièrement restaurée aussi bien extérieurement, qu’intérieurement ;  cette rénovation complète s’est achevée en 2006. Ces travaux ont été pris en charge par la Ville à qui incombe l’entretien de cet édifice religieux, dont elle est propriétaire suite à la loi de 1905.

 

25/10/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse 

 

02387

02386

02385

Bénédiction de la chapelle rénovée

 de Notre-Dame de l'Immaculée Conception,

rue Henri Carette Halluin, le 18 Mai 1998.

  par le Curé-Doyen d'Halluin René Motte.

 (Photos n° 2385, 2386, 2387) 

 

René Motte s’en est allé…

Curé-Doyen d’Halluin de 1990 à 2002. 

 

Apprécié de tous pour sa gentillesse, sa simplicité et son dévouement, l'abbé René Motte est décédé à l'âge de 76 ans. Il a consacré sa vie aux autres et à l’Eglise.

 

Ses derniers mots auront été adressés à ses fidèles, une dernière homélie avant de tomber dans le coma. C’était le mardi 6 septembre 2011, l’abbé Motte célébrait la messe quotidienne à l’oratoire de Saint Martin à Bousbecque (Nord).

 

Hospitalisé à Lille ; il n’a pas survécu à une rupture d’anévrisme, et il s’est éteint le vendredi 12 septembre 2011.

 

La retraite des prêtres tombant à 75 ans, il avait rejoint le presbytère de Bousbecque qu’il surnommait en riant « l’antichambre du paradis » : « Il voulait être prêtre jusqu’au bout », confie sa filleule Muriel Thuilliez. « Il a toujours été très dynamique, bon vivant. Depuis son arrivée, il célébrait les messes en collaboration avec l’abbé Gérard Bogaert de Linselles, les baptêmes, des mariages… ».

 

Fils unique issu d’une famille catholique de Wattrelos (Nord), René jouait à dix, douze ans à célébrer la messe avec sa cousine. Lui entra au séminaire, et elle au couvent.

 

Ordonné le 22 décembre 1962, à 27 ans, il rejoint la paroisse de Croix, puis Wasquehal, avant de s’installer à Tourcoing. Là il est vicaire de Notre-Dame des Anges, puis curé de Sainte Anne au Brun Pain.

 

En 1990 il arrive à Halluin où il sera nommé doyen un an plus tard. Il doit alors gérer les paroisses des villes d’Halluin, Bousbecque, Linselles, Roncq et Neuville-en-Ferrain, jusqu'en 2002.

 

Cette année-là, il arrive à Quesnoy-sur-Deûle (Nord) et comme curé également de Frelinghien, Deûlémont et Warneton, jusqu’à sa retraite en Octobre 2010. Il assume également la responsabilité de la Fraternité des malades pour le diocèse de Lille, et il était aumônier du train bleu puis rouge de Lourdes.

 

Une proximité avec les malades, pour un homme qui a vécu dans sa chaire la souffrance : « Il était diabétique, il devait être surveillé toutes les nuits en cas de crise, et j’ai souvent appelé le SAMU » explique Muriel.

 

Et sa filleule poursuit : « Il était réputé pour ses homélies percutantes, en rapport avec l'actualité », qui loue aussi « sa simplicité, son écoute ».

 

L’homme laissera un très grand vide à Bousbecque et Linselles (Nord) dont les catholiques appréciaient les qualités, comme en témoignent les nombreux témoignages arrivés au presbytère. Malgré la maladie, « il rendait toujours service, il suffisait de sonner chez lui ». Pas étonnant pour celui qui disait : « il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l'on aime ». 

 

Les Funérailles seront célébrées ce samedi 17 septembre 2011 à 10 H, en l’église Saint-Martin de Bousbecque. Une veillée de prière, dans l’église, se déroulera le vendredi à 18 H 30.  

 

15/9/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse 

 

La Chapelle de L'Immaculée Conception... 

 

Belle petite chapelle située rue Henri Carette, face à la rue Francis de Pressencé.

 

Elle a été construite en 1876 par un patron de l'industrie textile, M. Loridan-Dupont, juste à côté de son usine. Restaurée une 1ère fois en 1973 par des bénévoles, qui auront du mal à rentrer dans leurs frais.

 

En 1998, le plâtre intérieur et surtout la porte donnaient des signes de faiblesse. M. et Mme Guy Desreveaux ont sauvé une nouvelle fois cette chapelle en gérant l'ensemble des travaux. Aidés d'une équipe de bricoleurs bénévoles, ils l'ont restaurée.

La restauration de cette chapelle fut à l'origine de la création de l'association De Kapelle.

La ville d'Halluin a apporté un soutien notable en implantant des bacs à fleurs et en dotant l'édifice d'un éclairage, ce qui lui donne un petit air coquet.

Appelée depuis ce temps la chapelle "à Guy", cette propriété communale fut bénie le 18 mai 1998 par M. le Doyen René Motte, en présence d'une centaine de personnes. 

 

Nous remarquons une façade originale avec des vitraux dans la partie supérieure. L'intérieur, très coquet, possède de belles statues, et est toujours fleuri par un membre de l'association.

 

Saviez-vous que nos ancêtres ont ainsi construit à Halluin, six Chapelles dédiées à la Vierge, sous différents vocables :

 

Chapelle Notre-Dame de la Lys  -  1788  -   qui se situe dans la zone industrielle de la Rouge Porte. 

Chapelle Notre-Dame du Perpétuel Secours  - 1844  -   (route de Neuville). 

Chapelle de l’Immaculée Conception  -  1876  -   (rue Henri Carette). 

Chapelle Notre-Dame des Affligés  -  1844  -  (rue Gustave Desmettre). 

Chapelle Notre-Dame de Grâce  -  2003  -  (route de Linselles). 

Chapelle Notre-Dame des Fièvres  -  1955  - (rue de la Lys).

 

Ce patrimoine est en grande partie rénové et entretenu par la dynamique association halluinoise  "De kapelle".

 

Le 21 Mai 2009, son Président M.  Jean-Pierre Polnecq n'était pas peu fier de présenter les réalisations de son association, lors de son dixième anniversaire . Avec cinq membres actifs et vingt huit sympathisants, le groupe a redonné vie, remis en état et entretient sept chapelles (la dernière dédiée à Sainte Barbe la patronne des Pompiers, installée en 2009, rue Abbé Bonpain, sur le site de l'ancienne caserne) et une trentaine de niches !

 

13/8/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse

  

02970

Consécration de l'église Saint Hilaire Halluin,

 le 19 mai 1956 par Monseigneur Dupont,

 à sa droite, l'abbé Michel Cornil, et à sa gauche, l'abbé Albert Decourtray,

qui deviendra plus tard Archevêque de Lyon puis Cardinal.

 (Photo n° 2970)

 

L'Abbé Michel Cornil Vicaire Général,

 et Archidiacre de Roubaix-Tourcoing. 

 

L’abbé Michel Cornil est né à Halluin le 5 novembre 1914.

Il est ordonné prêtre à Lille le 2 juillet 1938, après avoir fait ses études à Paris, où il obtient son doctorat en théologie.


Mobilisé en 1939, il rentre à Paris en 1940.

En 1943, il est nommé vicaire intérimaire à Lille Saint-Etienne.

En 1944, il est professeur au séminaire de Merville, dont il devient le supérieur en 1953.

Chanoine honoraire de Lille en 1956, il est nommé en 1962, supérieur au grand séminaire de Lille et membre du conseil épiscopal.

A partir de 1968, il est vicaire général diocésain pour les services de séminaire et autres services de formation sacerdotale.

En 1971, l’abbé Cornil arrive à Roubaix comme vicaire général pour le diocèse et archidiacre de Roubaix Tourcoing.

Il restera de longues années sur ce secteur du versant Nord-Est où ses qualités d’homme et de prêtre ne cesseront d’être reconnues.

Trois de ses frères André, Emile et Gérard Cornil étaient également prêtres. Sa sœur Marie-Madeleine a tenu durant de nombreuses années l’épicerie située au carrefour des rues de Lille et Abbé Bonpain à Halluin.

L’abbé Michel Cornil, très connu des Roubaisiens et Tourquennois, décéda en 1994, à l’âge de 80 ans. Sa disparition laisse le souvenir d’un homme d’écoute et de prière.

 

23/8/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

0401304038
Entrée de la rue Abbé Bonpain Halluin,

 face au parvis de l'église Saint Hilaire (Années 1970 -1985).

L'épicerie Cornil (1ère Photo) transformée en Agence Immobilière (2ème Photo).

En face, la transformation de la façade de la Boulangerie-Pâtisserie Jean Vandebeulque.

(photos n° 4013 et 4038)

La Famille Halluinoise Cornil

Cinq  Frères et Sœur en Religion ! 

 

L’Halluinois Emile Cornil, décédé le 17 octobre 1943 à l’âge de 63 ans, et son épouse Valentine Carton, décédée le 17 avril 1973 à l’âge de 91 ans, ont eu 8 enfants.

 

Deux enfants Marie-Thérèse et Emile sont décédés en très bas âge. Cinq autres enfants se sont consacrés à la vie religieuse :

 

Elisabeth Cornil, en religion Sœur Marie Florence (1913 – 1973)

 

André Cornil, Curé Doyen de Croix Saint-Martin (1910 – 1974)

 

Michel Cornil, Vicaire Général de Roubaix-Tourcoing (1914 – 1994)

 

Gérard Cornil, Prêtre en Mission ouvrière, secteur Arras Ouest – Dainville (1921 – 1993)

 

Emile Cornil, Doyen de Lambersart  (1924 – 1999)

 

On doit à l’Abbé Emile Cornil, l’un des récits détaillés de la Libération de la Ville d’Halluin, du 30 août au 6 septembre 1945.

 

Madame Marie-Madeleine Cornil reste la dernière de la Famille ; elle réside toujours au centre ville d’Halluin. Elle a tenu durant de nombreuses années « l’épicerie fine » (notre photo ci-dessus) située au carrefour des rues de Lille et Abbé Bonpain de la commune.

 

22/8/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

01851

Chapelle Notre-Dame de la Lys. 

(Photo n° 1851)

 

Chapelle de la Cavale Rouge,

Notre-Dame de la Lys. 

 

C'est la plus ancienne des chapelles d'Halluin : Notre-Dame de la Lys, avenue de Lauwe (autrefois appelée chapelle de la Cavale Rouge en raison de sa construction sur ce chemin). Elle se situe dans la zone industrielle de la Rouge Porte sur un terrain qui appartient à la communauté urbaine.

Elle possède les proportions typiques de la Flandre rurale.  A l'abri des tilleuls dans un calme champêtre, elle incite à la détente.

 

Des découvertes archéologiques gallo-romaines viennent d'y être faites en avril 2006. Le fief et la Cense de la Rouge Porte appartenait depuis 1585 au Révérend Père Guillaume Hangouart qui en fit don au Collège des Jésuites de Lille en 1597.

Le Père Supérieur de ce Collège croit se souvenir qu'un pélerinage annuel avait lieu du Collège des Jésuites vers la chapelle de la Cense de la Rouge Porte (peut-être cette chapelle actuelle).

L'abbé Coulon, dans son "Histoire d'Halluin", signale la chapelle de la Rouge-Porte (ensuite Cavale Rouge) en 1788. 

 La porte de cette Chapelle est garnie de nombreuses signatures gravées au couteau en des périodes différentes. La statue ne semble pas être d'origine. L'intérieur, régulièrement entretenu, est coquet. 

 

Actuellement propriété de la commune, cette chapelle a survécu grâce aux bons soins de nombreuses personnes, notamment de l'association halluinoise "De Kapelle".

 

13/8/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

02384

Bénédiction de la Chapelle rénovée de Notre-Dame des Fièvres,

rue de la Lys, Halluin, en 2000.

(Ph. n° 2384, 4025)

  

La Chapelle Notre-Dame des Fièvres d'Halluin,

 restaurée en 1999 et bénie en 2000. 

 

La dévotion à Marie au Colbras remonte à 1490, selon des documents anciens. Ils parlent d’une chapelle à Nore-Dame-du-Tilleul ; une statue de la Vierge était probablement placée sur un arbre de 1377 à 1490, à l’emplacement dit de « l’capelle à berlires », route de la lys, au lieu-dit le Malplaquet. La statue est abîmée pendant la Révolution puis restaurée.

Et sur un plan d’Halluin datant de 1590 apparaît déjà la « chapelle des Fièvres » sur la route de Bousbecque.

Elle est reconstruite en 1955 par des industriels de la commune. Elle a été restaurée une dernière fois en 1999. Elle fut bénie le 2 juillet 2000 par M. le Doyen René Motte Curé de Notre-Dame de la Lys en présence de M. Alexandre Faidherbe Maire d'Halluin, des membres de l'ARARCO et d'une nombreuse assistance recueillie.

En bordure de la route, entouré de verdure, ce petit oratoire est construit en briques sous un toit pentu dont les planches de rives sont peintes en bleu clair. Un parvis dallé de pierres bleues le précède. Il est bordé par un mur de briques qui dessine au sol avec la chapelle un hexagone. Le dernier pan laissé ouvert permet l'accès des fidèles et des visiteurs.

Une belle croix en fer forgé surmonte cet oratoire. Au-dessus d'un ressaut de briques posées de champ, la niche centrale, grillagée en arc brisé saillant, abrite une statuette de la Vierge, Notre-Dame des Fièvres et une statuette du Sacré-Coeur.

Tout au long de l’année, des mouchoirs ou des rubans (« berlouffes » ou « berlires ») sont accrochés pour se protéger de la fièvre.
Superbement éclairée la nuit, la chapelle attire le regard des passants. 

 

La Chapelle provisoire Notre-Dame des Fièvres,

 de 1928 à 1931. 

 

En 1997, l’ancienne salle paroissiale Notre-Dame des Fièvres était entièrement rénovée par la Ville, pour servir de restaurant scolaire (où l’on pratique désormais la formule du self-service), et doter le Colbras d’une salle supplémentaire accessible à la population halluinoise.

 

Ce nouvel équipement municipal était baptisé salle « Pierre Declercq » en hommage à cet halluinois assassiné en Nouvelle-Calédonie, pour être allé jusqu’au bout de son idéal.

 

Tandis qu'un nouvel avenir se profile pour cette salle ; l'Halluinois Emile Dansette nous en conte le passé :

 

En 1928, l'abbé Dondeyne est chargé, par l'évêque, de la paroisse Notre-Dame des Fièvres. En attendant que l'église soit érigée sur un terrain appartenant à la famille Vandewynckèle, on construit une chapelle provisoire qui servira pendant 2 ans 1/2. Après la bénédiction de l'église en 1931, cette chapelle est devenue salle paroissiale.

 

Les anciens y évoquent le patronage des filles, celui des garçons, les répétitions de la chorale, les réunions de la JOC, du catéchisme ainsi que des cercles d'études du temps de l'abbé Dehont, curé pendant 23 ans. Au début de la guerre, en 1940, c'est là que les Anglais y installent leur cantonnement. La paix revenue, pendant de longues années, cette salle sert de classe maternelle, de cantine scolaire, de salle de gymnastique à "La Colbrasienne", de théâtre pour les comédiens halluinois ou de local aux scouts qui attendent un préfabriqué.

 

Et puis au fil des ans, les réunions de catéchisme, les vins d'honneur se font rares car la salle n'est plus fonctionnelle. Après certains travaux urgents (toiture et portes) effectués par la paroisse, la mairie en fait l'acquisition en 1997 et aménage l'intérieur.

 

Désormais les enfants y trouvent une cantine, les associations une salle accueillante. Une convention municipale règle l'utilisation de cette salle, qui, en 2011, est âgée de 83 ans.

 

13/8/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

03444

Consécration du nouvel autel,

 lors du Centenaire de l'Eglise Saint-Hilaire en 1956,

 par Monseigneur Dupont, avec à sa droite, l'abbé Michel Cornil,

 et à sa gauche, l'abbé Albert Decourtray.

(Photo n° 3444)  

 

La première église d’Halluin date de 1101 ou 1105, elle était située dans ce qui sera le quartier des « Baraques » à Menin (Belgique) ; les anciennes fondations de cet édifice furent mise à jour au moment de la construction de la chaussée de Menin-Mouscron (Belgique). Elle était très belle avec de nombreuses chapelles et des mausolées des seigneurs d’Halluin.

 

Un texte de 1468 parle de Saint-Pierre d’Halluin. Dévastée en 1566, lors des guerres de religion, elle est brûlée en 1579, durant la guerre des Gueux, par des mercenaires écossais, qui détruisent aussi le château d’Halluin. 

 

Les Epitaphes de l’Eglise d’Halluin.

 

Dans son étude sur les Epitaphes des Eglises, éditée en 1860, l’Historien Ed. de Coussemaker de Bailleul, relate ce qui suit :

 

« Le Chanoine Sohier rapporte que lors de sa visite à Halluin, l’Eglise possédait encore des sépultures… En l’Eglise d’Halluin, détruite par les hérétiques en 1579, derrière l’huis de la nef, du côté du château qui était vers le septentrion, sur un cercueil de pierre cavé par dedans, lequel ne contenait que de la poussière, et qui avait été trouvé dans les fouilles que l’on avait fait pour établir les fondations du clocher, était gravée cette épitaphe ».

 

« Ermenteus gît en cette pierre

« Né de Durhem en Angleterre

« Et fait moult bien ceste dame

« En ceste église, Dieu ait l’âme

« Femme Monseigneur Regnault

« Qui fut de Lampernesse

« Et fut mère à Monseigneur Thomas

« Qui fut filleul de Saint-Thomas » (1)

 

(1) Il s’agit de Saint-Thomas Beckett, Chancelier d’Angleterre et archevêque de Canterbury, né en 118 et décapité en 1170 sur ordre de Henri II Roi d’Angleterre.

Le Seigneur Regnault de Lampernesse, époux d’Ermensteus eut donc un fils, le Seigneur Thomas d’Halluin, qui portait le même prénom que son parrain Saint-Thomas Beckett. 

On peut supposer que Ermenteus fut enterré à Halluin à la fin du XIIe siècle, ce qui explique le fait que 6 siècles plus tard, on ne trouve que de la poussière dans son tombeau.

 

Le Chanoine Sohier ajoute : 

" En cette Eglise, il y avait plusieurs sépultures élevées, et autres, plates, des Seigneurs d’Hallewin que j’ai vues. J’ai seulement relevé celle de Messire Roland de Hallewin, Seigneur du lieu lequel pour le service de son maître, le Comte de Flandre, fut décapité par les mutins Gantois en 1351.

 

Roland, Seigneur de Hallewin, qui était fils de Hughes de Hallewin et d’Isabeau de Witkerke, épousa Marguerite de la Gruthuyse. Il était le trisaïeul de Jean van Hallewyn, marié à Jeanne de la Clyte, dame de Comines, laquelle mourut en 1512 ».

 

Jean d’Hallewin, petit-fils de Jean van Hallewyn et de Jeanne de la Clyte naquit le 2 Janvier 1510 et épousa Jossine de Lannoy. Il mourut en 1544, des suites d’une blessure lors de la prise de Vitry, comme en témoigne son épitaphe, relevée par l’historien de Coussemaker (de Bailleul)".

 

« Cy gist hault et puissant signeur

« Messire Jean de Hallewin

« Seigneur dudit Hallewin et Comines

« Viconte de Nieuport

« Seigneur de Roleghem, Wartenbecq, Westoven, Lauwe, Ronck,

« Gentilhomme de la bouche et Capitaine des Chevaulcheurs

« De l’empereur Charles V de ce nom

« Lequel termina le Mardi 22e de Juillet 1544

« Au camp dudit Empereur

« Devant la ville de Saint-Dizier en France

« D’un coup de Harquebuse

« Qu’il reçut le Jeudi précédent, à la prise de Vitry

« En son âge de 34 ans et demy et 20 jours

« Priez Dieu pour l’âme

« Et Madame Jossine de Lannoy

« Sa femme, trépassa le 18e de Mai 1561 ».

 

16/8 /2011.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

04020

04019

Le cardinal Liénart, rue Gustave Desmettre, lors des cérémonies

 du centenaire de l'église St Hilaire à Halluin,  le 21 Mai 1956.

(Photos n° 4019, 4020)

 

Une « thèse » de Catherine Masson

sur le cardinal Liénart... son grand-oncle.  

 

Voici le troisième et dernier volet consacré au cardinal Achille Liénart, avec qui  la population halluinoise a écrit une partie importante de son histoire sociale.

 

Né à Lille, le 17 Février 1884, Achille Liénart est élevé à la dignité de Grand-croix dans l’Ordre national de la Légion d’honneur, le 16 février 1970, par le président de la République Georges Pompidou.

 

Lors du décès du cardinal Liénart, survenu le 15 février 1973, le journaliste Claude Beaufort écrivait ceci : « Cette sympathie populaire, nulle démagogie ne saurait l’expliquer. Elle ne peut se comprendre que par l’authenticité de celui qui la suscitait ; une authenticité de l’homme qui le faisait reconnaître d’emblée comme l’un des meilleurs : un aristocrate du peuple de Dieu ».

 

En 2001, Maître de conférences à la Catho, Catherine Masson a présenté, lors d’une conférence, la thèse de doctorat en histoire qu’elle a soutenue sur le cardinal Achille Liénart. Lequel fut son grand-oncle…

 

Catherine Masson a limité cette « bible » de 700 pages au travail de l’évêque de Lille. Travail immense cependant qui a donné au jeune diocèse de Lille (créé en 1913) une dynamique pastorale durable. 

 

Voici quelques grands traits résumés : 

 

LILLOIS : Né à Lille, mort près de l’église où il avait été baptisé. Grand-oncle de Catherine Masson. « Ca n’a pas été évident pour moi de passer de l’oncle Achille au cardina Liénart. Mais au bout de ma recherche, le personnage mythique est devenu plus proche, car plus humain » dit-elle. Vie familiale équilibrée. Les Liénart-Delesalle ont trois enfants. Achille fait ses études au Collège Saint-Joseph (rue Solférino), puis au séminaire à Paris.

 

SOLDAT : Pendant ses études (1901-1910), il est déjà en contact avec le catholicisme social. « Mais c’est la guerre qui l’ouvre à ces réalités-là » note Catherine Masson. Aumonier volontaire au 201e régiment d’infanterie, il a une conduite exemplaire. Le 14 août 1917, le général Pétain épingle sur sa soutane la croix de chevalier de la Légion d’honneur. « Toujours en première ligne avec les vagues d’assaut, donnant à tous le meilleur réconfort moral, et se prodiguant sur le champ de bataille auprès des blessés » indique la citation.

 

CURE-DOYEN : Après la guerre, il devient directeur du séminaire de Lille, qui vient de se créer. Puis, il est nommé curé-doyen de Saint-Christophe, à Tourcoing, en 1926. « Il voulait rendre visite à tous ses paroissiens » raconte un témoin de l’époque. Mais il n’en a pas eu le temps : en 1928, à 44 ans, il est nommé évêque de Lille – c’est le plus jeune évêque de France.

 

 EVEQUE : Puis, tout de suite, nomme cardinal (1930). « C’était un évêque sensible au signes du temps » commente Catherine Masson. Dans les années 30, il est confronté à la crise économique et sociale, et à la tension qui monte entre le « consortium textile », où se trouvent beaucoup de patrons chrétiens, et les « syndicalistes », chrétiens également. Le cardinal a favorisé le dénouement de la crise, un happy end rendu possible par la reconnaissance par Rome en 1929 du syndicalisme chrétien…

 

Période aussi d’une grande vitalité pour l’Eglise de France, avec l’essor de l’Action catholique. « Ses initiatives pastorales sont marquées par ce souci : comment annoncer Jésus-Christ à un mode marqué par le matérialisme ? ».

 

CARDINAL DES OUVRIERS : Ou : « cardinal rouge ». « L’expression ne lui correspondait pas du tout, car son action s’est étendue à tous les milieux » dit sa petite-nièce. Y compris aux hommes politiques. Ainsi, démarches inédites, à peine nommé à Tourcoing le curé Liénart rend visite au maire Gustave Dron, puis à Lille, au maire socialiste Roger Salengro… Toute sa vie, l’évêque gardera cette conviction fondée sur le Décalogue : l’Eglise doit intervenir en matière sociale. Ce qui ne fait pas pour autant de lui un communiste : « Le communisme est engageant là où il n’est pas le maître, et repoussant ailleurs » note-t-il en octobre 1936.

 

PRESIDENT : En 1940, il devient président de l’assemblée des cardinaux et archevêques. « Il a quelque difficulté à saisir la dimension politique du moment. Il ne veut qu’être pasteur au service de tous et de l’Eglise » commente Catherine Masson. Un leitmotiv : rester à son poste. Comme Pétain… L’ancien poilu éprouve un attachement très fort envers le maréchal, mais manifestera cependant quelques réticences vis-à-vis du programme pétainiste.

 

« Il ne se rend pas compte que le gouvernement de Vichy est un jouet aux mains des Allemands ». Catherine Masson ajoute que, malgré tout, elle n’a rien trouvé chez le cardinal qui puisse être considéré comme de la collaboration. Rien non plus sur la persécution des Juifs. Juste quelques positions ambigües sur le STO…

 

FIDELE : Après la guerre, l’image du cardinal est un peu ternie. Mais pas salie : en octobre 1944, il est invité à la réception donnée en préfecture avec de Gaulle… Dans les années 50, il est confronté à deux difficultés : l’implication des prêtres dans un combat ouvrier de plus en plus marqué par le marxisme, et dans le même temps, la diminution des vocations.

 

Le cardinal se soumet aux décisions romaines, mais ne coupe pas les ponts avec ses ouailles. Lesquelles retrouvent le bercail quand Rome, ne octobre 1965, reconnaît les prêtres-ouvriers… « C’était un homme d’action et de terrain avant que d’être un homme de pensée »  conclut Catherine Masson. 

 

Le cardinal est décédé en 1973, mais il est encore vivant dans le cœur des gens du Nord. Présent dans toutes les mémoires. Car le cardinal Liénart a marqué son temps, il a marqué l’histoire. En raison d’abord d’une extraordinaire « longévité » :

 

Achille Liénart a été l’évêque du diocèse de Lille pendant 40 ans, de 1928 à 1968 ! En raison aussi, il faut bien le dire, de cette étiquette aux termes a priori contradictoires, de « cardinal rouge ».

 

Tout cardinal qu’il fut, Achille Liénart n’en était pas moins homme : il lui est arrivé de se tromper. A tout le moins de ne pas savoir – pouvoir ? – lever toutes les ambiguités de sa pensée, notamment pendant l’Occupation. Comme l’a dit le « troisième successeur » du cardinal Liénart, Mgr Gérard Defois, en préambule à la conférence sur la thèse de la petite nièce :

 

 « Le livre de Catherine Masson n’est ni un panégyrique, ni un procès, mais une fresque d’histoire qui ouvre un débat… J’en retire une certaine humilité : être responsable, c’est prendre les risques de son temps ».

 

Et « le temps » d’Achille Liénart a été, simple euphémisme, difficile à l’excès. La Grande guerre d’abord, où, aumônier exemplaire, il est pendant quatre ans au plus près des hommes du 201e régiment d’infanterie, c’est-à-dire au plus près du danger. La France du Front Populaire. Celle de Pétain. Les grands combats sociaux de l’après-guerre, son soutien sans faille aux prêtres-ouvriers…

 

Mais jamais, quelles que soient les circonstances, quels que soient les combats, sa popularité auprès de ses diocésains n’a faibli. Comme l’écrit Catherine Masson : 

« Il fut un homme de dialogue, de conciliation, de conviction, fidèle d’un bout à l’autre à ses grandes options, soucieux, mais sans exclusive, d’atteindre les masses déchristianisées, et surtout le monde ouvrier… ».

 

16/2/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse