:

Transports et voies de communication

 

01054

Un camion et remorque de la S.A. Raymond Vallaeys et Cie.

- Transports internationaux  TIR - Camion Daf. 
(photo n° 01054)
  
Agence en douane Vallaeys
 à Halluin - Historique. 
 

Après la deuxième guerre mondiale, la reprise des échanges entre les pays nécessite le développement des agences en douane : elles aident les entreprises et les commerçants dans leurs transactions à l’étranger.

En 1950, M. Raymond Vallaeys ouvre une agence en son domicile du 23, rue de Lille à Halluin, tandis que son frère Robert en ouvre une à quelques centaines de mètres, mais à Menin (Belgique).

 

Cette jeune entreprise démarre assez rapidement avec Jacques Devernay comme déclarant, Pierre Dennetière comme comptable et André Lepoutre comme manutentionnaire.  Dès la fin de 1954, l’effectif est d’une dizaine de salariés.

On dédouane des camions de viande et d’œufs en provenance de Belgique et de Hollande, diverses autres marchandises et également des petits colis de messagerie, ces colis sont acheminés de la douane à la gare d’Halluin par une charrette à bras tirée par Raymond Vallaeys lui-même.

 

L’agence se développe et complète son activité en se lançant dans le transport. A cette époque, il y a une forte demande de licences pour obtenir l’autorisation d’importer en France différentes marchandises, surtout du textile. En effet tout est encore contingenté.

 

L’ouverture d’un dépôt rue de la Goute d’Or à Aubervilliers permet avec l’achat de camionnettes, les enlèvements et livraisons dans Paris. L’agence achemine vers la frontière et exporte des parfums : Dior, Elisabeth, Arden, Roger Gallet ; des médicaments des laboratoires Upsa et Roche, mais également les collections de vêtements des grandes maisons de couture : Chanel, Dior, Hermès, Balenciaga, Givenchy, pour les défilés qui ont lieu au Casino de knokke-le-Zoute (Belgique).

 

L’ouverture du marché commun en 1962 donne un nouvel essor à l’agence qui embauche beaucoup de personnel et M. Vallaeys quitta sa maison pour laisser toute la place à son agence qui occupera tous les étages.

 

Entre-temps, une succursale est créée au cœur des Halles de Paris, au 5, rue St Bon, puis une autre au 21, rue de Grenoble, qui emploient rapidement une dizaine de personnes.

 

L’extension continue avec l’ouverture d’agences au Port fluvial de Lille, Magasins Généraux de Roubaix, dans la zone industrielle de Valenciennes, au Risquons-Tout, de Rekkem avec l’autoroute Lille-Gand, à Rungis avec le déménagement des Halles et à Garonor.

 

A cette époque, l’effectif est de 550 personnes réparties dans les différentes succursales. Il y a pratiquement autant d’hommes que de femmes. Ce métier ne demande pas de qualification, on apprend son travail sur place, mais il faut beaucoup de disponibilité, il faut faire beaucoup d’heures, travailler très tard le soir, voire une partie de la nuit. On travaille toute la semaine jusqu’au samedi soir. Le personnel peut gravir tous les échelons dans la hiérarchie de l’entreprise.

 

En 1967, on installe l’informatique ce qui permet un développement de l’agence sans augmentation d’effectif. Des succursales s’ouvrent à Lyon, Cluses, Modane, Grenoble, Cholet.

Cette ambiance de travail est égayée par la fête organisée par le Comité d’Entreprise : l’Arbre de Noël qui remplit la Salle du Manège avec le personnel et leurs enfants, la fête de Saint Eloi et les premières remises de médailles du travail.

 

En 1974, l’agence subit de grands changements avec le départ en retraite de M. Raymond Vallaeys. L’agence devient une société à directoire à la suite de la fusion avec la société R.T.V. (Agence de M. Robert Vallaeys).

Sous la présidence honoraire de M. Raymond Vallaeys, quatre membres complètent le directoire : Pierre Juvène, Rémy Delrue, Patrick Vallaeys, Robert Deregnaucourt.

 

Fin 1990, la Société Bosteels achète la Société et reprend un effectif de 80 personnes. Fin 1992, l’ouverture des frontières sonne le glas de l’agence en douane.

 

15/10/2010.

Commentaire : Daniel Delafosse
 

05288

Tramway de la ligne R - Halluin Tourcoing, vers les années 1950.

Rue de Lille, face à l'Union Patronale "Le Consortium".

(photo n° 5288)

 

La ligne R du tramway fut inaugurée le 1er janvier 1925. Elle relie Tourcoing à Halluin via Roncq - Blanc-Four.

Le terminus halluinois se situe face à l'Union patronale. Les premières motrices mises en place pouvaient accueillir 73 personnes dont 21 assises, et on pouvait même y ajouter une remorque  de 74 ou 80 places.

De 1952 à 1954, seront mises en place de nouvelles motrices. Elles ont une vitesse de 58 km/heure, et une capacité de 79 places (130 en surcharge) dont 28 assises.
La ligne R a disparu le 11 janvier 1954.

 

26/8/2010

Commentaire et Photo : ARPHalluin - Daniel Delafosse

 

al1033


01057

Photo prise dans la bas de la rue de Lille, au terminus du

tramway R de la ligne Halluin - Tourcoing.

(photo n° 1057)

*au dessus une carte postale prise au même endroit une

trentaine d'années plus tôt.

AD 0848 a(photo AD 0848 a) 

 AD 0848 b

(photo AD 0848 b)

 

02877
La collision de deux tramways R en mars 1929, due au brouillard,

vers 7 h du matin, à l'entrée d'Halluin.

Ici le constat de police, les blessés étaient déjà évacués vers l'hôpital.

(photo n° 2877)

01137

Le personnel de l'agence en douane Bosteels, rue de Lille.    (Photo 01137) 

01138

et  (photo n°  01138)

Photo 1137 : du 1er rang en bas, vers le haut :  Jules Depraeter, Dany Samyn, André Pille,

 Johnny Landuyt, Pierre Lauwers, Alain Cannière, Michel Tytghat, ?, ?, René Delaere,

Christian Detremmerie, Claude Dupont, Jacques Huyghe, Mme Bosteels-Poppe PDG (au centre), 

à sa droite Roger Vandenbossche, directeur, André Demeester, Georges Failly, Jacques Durenne

, Alain Benoodt, Jean Capelle, Albert Dhuyson, Louis Debusscher, Jacques Terly, Hilaire Joye,

 Jacques Delepine, Jean-Pierre De Ruyver, Aimé Dewiest, Adrien Heimberg, Alain Lapère,

Raymond Tytecat, Jules Beel, Philippe Grimonpont, Jean-Claude Mathys, Johnny Fourtentrau,

 Lionel Hansen, Ghislain Demmester, Emile Dewiest, Gilbert Deblaere, Marcel Wulstecke, ?,.

 

Photo 1138 : du 1er rang en bas, vers le haut Michel Poppe, Robert Jesusprez, Noël Huyghe,

Raymond Mestdagh, Jules Desseaux, Julienne Desseaux,, Adrienne Lescroart, Nadine Bolzan,

Marie-Christine Drouart, Monique Vanspeybrouck, Roger Vandenbossche, directeur, Danièle Danset,

 Mme Bosteels-Poppe, PDG, Jeanne Verbeurgh, ?, Huguette Declercq, Marie-Louise Rogiers,

Joachim Bittoum, ?, Fernand Bierme, ?, Renée Lehoucq, Françoise Menet, Henriette Duhamel,

Nicole Rumfels, Ginette Rigaux, Marie-Thérèse Demerlier, Mme Mezrich, Marcel Delvoye,

Abel Chibrac, Michel Dhoorge, ?, André Barze, Fernand Desneulin, Claude Vansteenkiste,

 Jean Gardedieu, ?, Alphonse Poppe, Albert Gadeyne, Jean Deblauw, Jean-Claude Mezrich,

Florimond Verschoore. 

 

01053
Un camion et remorque de la maison Vallaeys,  transports internationnaux  TIR -     camion Daf,  photo n° 01053

02323
Abimée par les ans, l' une des rares photographie du train à vapeur

reliant tous les jours, Halluin à Armentières.

(photo n° 2323)

01100

les transport Mestdag,   M. Robert Mestdag, son épouse et leurs enfants, 
3 camions stationnés, rue St Vincent de Paul et les 3 chauffeurs,  photo n°  01100
Dominique Mestdag
le 2 ème à gauche Robert Mestdag avec sa fille Solange qui avait la blanchisserie Leconte,?, Simonne Mestdag Verfaille la 1 ère épouse de mon beau père, ?, ?, et René Verfaille avec Ghislaine Mestdag qui avait la droguerie Gothaelst !!
01098
transport Mestdag   rue de Lille,   face au monument aux morts     - m. Robert Mestdag, photographié le 2 septembre 1939 jour de la mobilisation, rue Saint Vincent de Paul, devant ses hangars,  photo n°   01098

03560

Transports Mestdag Halluin : 
 Un attelage de livraison à domicile,
 conducteur M. Simon Dekeyser.  
 (photo n° 03560)