:

industrie du Bois

 

C AL 00080

Fact AL00080

C AL 00081

Fact AL00081

AL-00362

Paul Verkindère crée en 1899 son entreprise de commerce de bois rue de la Lys.

Il importe des bois du Nord (Suède,Finlande et Norvège) ainsi que d'Amérique.

Pendant la première guerre, une grande partie des bâtiments sont détruits,

le stock de bois et les machines sont pillés.

Après la guerre l'activité reprend et en 1928

cette scierie devient la Société Gérard Duprez qui possède une

succursale à Beuvry-les-Béthune.

AL362

02697photo n° 2697

05755

1979.

photo n° 5755

 

00518

en 1970

photo n° 00518

03892

en 1980
Derrière la personne accroupie, M. René Bodez Directeur.
photo n° 03892

00565

1975.
(derrière le jeune garçon), M. Lucien Bodez son épouse et Mme et M. René Bodez.
photo n° 00565

BD9794

NE.21/03/1966.BD9794

00519

00519

02717

0520

00520

2717

 

 

 

img099

Remise de Médailles aux  Ets Julien Vanhoutte, en 1977.

De gauche à droite : Jacqueline Dessauvages-Vanhoutte (1925-2012),

 Michel Busscher, Daniel Ghekière, Willy Vandeweghe, Julien Vanhoutte (1899-1979)

 et son épouse née Maria Van Leynseele (1898-1991), Robert Catteau,

Marcel Leperck, Eugène Boussemart, Gilbert Dessauvages (1930-2001).

(Photo VdN DD 13761  n° Img 099) 

 

Les Meubles Julien Vanhoutte... Historique.

 

Il était une fois sept frères dont l'aîné était tourneur sur bois. Il encourage ses cadets à travailler le bois. Plusieurs se mettent à leur compte, les uns comme tourneurs, les autres fabriquent des meubles : salles à manger, commodes, bibliothèques, au style de l'époque. Les chaises sont commandées chez les frères Rosseel.

Cyrille s'installe vers 1930 au Mont d'Halluin pour fabriquer des cintres et des articles d'enfants, la fabrication évolue vers les chaises et les sièges d'enfants. Il s'installe ensuite avec son frère Marcel rue Maurice Simono, vers les années 60, pour fabriquer des meubles, sièges, divans, chaises-longues, fauteuils.

René s'installe au 156, rue de Lille, dans un atelier qu'il acquiert le 31 décembre 1928. En 1936, il se retire au profit de son frère Julien Vanhoutte. Celui-ci, pour s'agrandir, achète en 1937, les bâtiments laissés libres par la chaiserie Vanlerberghe, rue Jean Jaurès, dont les ateliers longent une partie de la rue Française, l'actuelle rue Jean Fiévet.

  

img142

Ets Julien Vanhoutte 61 et 63, rue Jean Jaurès Halluin.

(Photo DD 13762  n° Img 142)

 

L'espace permet de laisser sécher à l'air libre les bois entrant dans la fabrication des meubles. Grâce à de très bons ouvriers ébénistes, il se spécialise dans le style rustique avec des bois plus recherchés, tel le merisier, l'acajou.

Ils sont compétents dans bien des domaines. La fille de Julien Vanhoutte, Jacqueline et son époux Gilbert Dessauvages prennent la succession jusqu'à leur retraite. L'entreprise et le magasin d'exposition, situé à l'angle des rues Jean Jaurès et Marthe Nollet, fermeront définitivement au décès de M. Dessauvages en 2001.

05374

Une remise de médailles aux Ets Julien Vanhoutte  
à "La Bonne Franquette" rue de la Lys, en 1977. 
1er rang au centre : Julien Vanhoutte et son épouse, 
Gilbert Dessauvages et son épouse Jacqueline Vanhoutte, 
 (3e en partant de la droite au 1er rang).
 
(Photo n° 5374)
27/9/2012
 
Commentaire et Photos : ARPH - Daniel Delafosse 
 

05919

Des menuisiers dont les trois frères CALLEMYN
devant leur atelier rue philippe de Girard.
                ( photo no 5919 )

00808

Le personnel de la chaiserie - coopérative "LA SEVE"

rue de la Libération, fête au cercle St Joseph le 20 octobre 1973,

le 50 ème anniversaire de l'entreprise.

                       ( photo no 808 )